Grève du 5 décembre : le gouvernement "doit abattre ses cartes", juge Valérie Pécresse

Grève du 5 décembre : le gouvernement "doit abattre ses cartes", juge Valérie Pécresse
audition-commission-senat-evasion-fiscale

Boursier.com, publié le lundi 25 novembre 2019 à 10h34

La présidente de la région Île-de-France se prononce à nouveau pour un service minimum garanti dans les transports et demande le remboursement des usagers s'ils ne peuvent pas se déplacer pendant le mouvement.

Valérie Pécresse n'est décidément pas très optimiste concernant la grève du 5 décembre contre les retraites, qui devrait paralyser une partie des transports, notamment en région parisienne avec l'appel des syndicats de la RATP. "Je demande au gouvernement de tout faire pour éviter le blocage", a déclaré lundi sur France 2 la présidente ex-LR de la région Ile-de-France.

"Je ne soutiendrai évidemment pas le blocage du pays, mais je crois que le gouvernement aujourd'hui doit faire des gestes, doit abattre ses cartes, clarifier les choses", a estimé l'ancienne ministre.

A dix jours de la journée de mobilisation du 5 décembre, Edouard Philippe reçoit l'ensemble des partenaires sociaux ce lundi et jusqu'à mardi dans le cadre des concertations sur le projet gouvernemental de régime universel par points fusionnant les 42 régimes de retraite existants d'ici à 2025.

Réquisitionner les agents ?

Le sénateur LR Bruno Retaillau veut déposer une proposition de loi avant le 5 décembre pour réquisitionner du personnel de transports publics pendant la grève, comme c'est le cas aux urgences ou chez les pompiers - une idée soutenue par la présidente de la région Île-de-France.

"Le problème dans les transports c'est qu'on peut prendre en otage tout un pays", a jugé Valérie Pécresse, qui a indiqué avoir déposé "plusieurs propositions de loi sur cette question du service minimum. Elle propose qu'en l'absence d'un tel dispositif, "on rembourse les voyageurs automatiquement". "Mais bien évidemment il faut aller plus loin, aujourd'hui on est au 21ème siècle. Les Français ne supportent plus que ces conflits viennent les prendre comme des victimes", a-t-elle ajouté, se prononçant en faveur d'une réquisition des agents pendant les heures de pointe.

Forte mobilisation

Les principaux syndicats de la SNCF - CGT, Unsa et Sud-Rail - ont déjà appelé à une grève reconductible à partir du 5 décembre. La CFDT Cheminots devrait les rejoindre en absence d'avancées dans le dialogue avec le gouvernement d'ici à cette date. Les syndicats de la RATP (Unsa, CGT et CFE-CGC) participent à la mobilisation et pourraient aussi fortement perturber les transports en région parisienne, comme cela avait été le cas le 13 septembre.

La liste s'est encore allongée dans les transports ces derniers jours avec des syndicats d'Air France, et les chauffeurs routiers (FO-Transports et logistique).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.