Grève : entre 323.000 et 500.000 manifestants, jeudi en France

Grève : entre 323.000 et 500.000 manifestants, jeudi en France
le 12 septembre 2017

Boursier.com, publié le jeudi 22 mars 2018 à 23h11

Après les manifestations de l'automne 2017 contre la réforme du Code du Travail, le gouvernement fait face à son deuxième test social. Jeudi, 323.000 personnes ont défilé dans les rues de France contre les réformes entreprises par Emmanuel Macron et le gouvernement, selon le ministère de l'Intérieur, et 500.000 selon la CGT. Il s'agit d'une mobilisation globalement supérieure aux cortèges les plus fournis de l'automne dernier, les 10 octobre et 12 septembre, sans pour autant constituer un raz-de-marée social...

Le mouvement avait été lancé à l'origine par sept syndicats de fonctionnaires (tous sauf la CFDT et l'UNSA), mais il a été rejoint ces dernières semaines par les cheminots, les personnels de la RATP, d'Air France ainsi que les aiguilleurs du ciel. Au coeur des revendications, figuraient l'abandon de la réforme de la SNCF, mais aussi la sauvegarde des salaires et de l'emploi ainsi que la préservation des services publics.

Mobilisation plus importante à la SNCF que dans la fonction publique

Dans la capitale, Paris, le ministère a compté 49.000 manifestants, en additionnant le cortège des cheminots et celui des fonctionnaires, tandis que la CGT en a dénombré plus de 65.000. Selon un comptage réalisé par le cabinet Occurence pour un collectif de médias, 47.800 personnes ont défilé à Paris, dont 13.100 à la manifestation des cheminots. A Paris, des dégradations ont été commises en marge des défilés par des jeunes encagoulés.

A titre de comparaison, le 12 septembre dernier, la première manifestation contre la réforme du Code du Travail avait mobilisé 223.000 manifestants sur l'ensemble du territoire, selon le ministère et plus de 400.000 selon la CGT. Le mouvement s'était ensuite étiolé au fil des manifestations suivantes. Le 10 octobre, une manifestation de fonctionnaires, à l'appel de tous leurs syndicats, avait réuni un peu plus de 209.000 personnes dans l'hexagone, selon la police et 400.000 pour la CGT.

Ce jeudi, la mobilisation a été importante à la SNCF avec environ 35% de grévistes, mais elle a été moins suivie dans la fonction publique, où le mouvement a été plus limité que le 10 octobre. Dans les services de l'Etat, le taux de grévistes a atteint 12,8% contre 14% le 10 octobre, et dans les collectivités locales, il est resté stable à 8,11%. Dans les hôpitaux, le taux de grévistes a légèrement augmenté, passant de 10,4% le 10 octobre à 10,9% ce jeudi.

Les syndicats de la SNCF satisfaits après ce premier essai

Pour les syndicats de la SNCF, ce mouvement n'est qu'un prélude à la grève perlée de trois mois qu'il ont prévu de mettre en place à partir du 3 avril prochain. L'intersyndicale de la SNCF a ainsi appelé la semaine dernière les agents à faire grève "2 jours sur 5 à compter du 3 avril" et ce jusqu'au jeudi 28 juin !

Ils espèrent ainsi forcer le gouvernement à revoir son projet de réforme de la société ferroviaire publique. Jeudi soir, les syndicats de la SNCF se disaient satisfaits de la mobilisation, SUD rail affirmant même qu'"on se dirige vers un mouvement historique".

Mardi, le Premier ministre Edouard Philippe se montrait serein, appelant à des discussions "apaisées" et espérant éviter le bras de fer. "Je ne me place jamais dans la logique du bras de fer, ça n'est pas mon style, ce n'est pas ce que je pense, je suis ouvert mais je suis déterminé à faire en sorte que la qualité de services et l'équilibre financier de la SNCF soient améliorés", avait-il déclaré sur 'RMC Info'.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU