Grève : les grandes surfaces ont évité la casse

Grève : les grandes surfaces ont évité la casse
caddie supermarché distributeur

Boursier.com, publié le vendredi 20 décembre 2019 à 15h30

Si les manifestations contre la réforme des retraites pénalisent le commerce, la grande distribution semble passer entre les gouttes...

Difficile de comparer les ventes réalisées par les commerçants pendant les grèves à la même semaine en 2018, à cause de l'impact du mouvement des Gilets jaunes l'an dernier, qui avait déjà beaucoup pesé. L'institut Nielsen a donc choisi de comparer les performances des hypermarchés et des supermarchés avec celles de 2017. Et si le commerce souffre des manifestations contre la réforme des retraites, les grandes surfaces semblent tirer leur épingle du jeu.

Par rapport à la fin d'année 2017, le chiffre d'affaires alimentaire est en progression de +1,7% lors de la semaine allant du 2 au 8 décembre, avec une accélération des ventes le mercredi 4 (+6,1%), veille du démarrage du mouvement de grève.

Adaptation des enseignes

"Cette tendance s'observe aussi bien en hypermarchés (+5%) qu'en supermarchés (+7,6%), ce qui confirme par ailleurs l'adaptation logistique des enseignes, qui avaient prévu le surplus de visites de la clientèle en semaine, comme c'était les cas lors des épisodes 'Gilets jaunes'", précise Nielsen dans un communiqué.

L'institut n'a pas observé de chute des ventes le 5 décembre, premier jour de la grève. Les grandes surfaces "ont généré un chiffre d'affaires de 304 millions d'euros, conforme à l'historique observé en 2016 et 2017, avec même une une augmentation de +1,1% par rapport au jeudi 7 décembre 2017".

Une catastrophe évitée

"La semaine du 5 décembre aurait pu être catastrophique pour les points de vente, avec des consommateurs frileux pour se déplacer en magasin et des difficultés logistiques de premier ordre. Pourtant, les premiers chiffres n'ont pas montré pas de ruptures particulières en rayons", poursuit Nielsen.

Pour Laurie Martinez, Consultante Senior Nielsen OSA, "les enseignes semblent avoir anticipé les livraisons dès le début de semaine, ce qui a permis de maintenir un bon niveau de présence des produits dans les rayons. Néanmoins tous les acteurs craignent l'évolution du mouvement social qui pourrait à terme générer un effet négatif sur les résultats de fin d'année".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.