Grèves du 5 décembre : le Medef épingle l'Etat employeur

Grèves du 5 décembre : le Medef épingle l'Etat employeur©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 19 novembre 2019 à 22h45

Le président de Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, estime que "la responsabilité de l'Etat employeur est engagée" dans le mauvais climat social dans les entreprises publiques par rapport à un secteur privé qu'il juge plus serein.

La grève du 5 décembre dans les transports en commun contre la réforme des retraites promet d'être très suivie, ce qui commence à inquiéter le gouvernement, mais aussi les chefs d'entreprises.

Ainsi, le président de Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a appelé mardi le gouvernement à agir en tant qu'Etat employeur pour régler les problèmes sociaux qui secouent les entreprises publiques.

La responsabilité de l'Etat "est engagée" sur le mauvais climat social

"Le climat social dans les entreprises privées est excellent", a estimé le patron des patrons, soulignant que "pendant les 'gilets jaunes', les entreprises n'ont pas connu de tensions et n'ont pas été visées". En revanche, a-t-il poursuivi, "il existe des foyers de tensions dans les entreprises publiques".

Dans les entreprises publiques, "le malaise est incontestable", a-t-il ajouté, en jugeant que "la responsabilité de l'Etat employeur est engagée". En d'autres termes, c'est à l'Etat de trouver des solutions pour gérer la situation sociale à la SNCF et à la RATP, où les grévistes devraient être nombreux le 5 décembre prochain.

Le Medef rejette la clause du grand-père...

Sur la réforme des retraites, Geoffroy Roux de Bézieux a critiqué les tâtonnements affichés récemment par l'exécutif, notamment le débat sur la possibilité de réserver la réforme des retraites aux nouveaux entrants sur le marché du travail, appelée "clause du grand-père". Ces couacs "n'ont pas aidé à la compréhension" du débat, a estimé le dirigeant du Medef.

"Il ne peut y avoir des régimes spécifiques qui rentrent dans la réforme dans 45 ans et des régimes privés qui y passent maintenant. Nous lutterons fortement contre ça", a-t-il prévenu.

... et plaide pour un âge pivot pour la retraite

Alors qu'un rapport du Conseil d'Orientation des retraites (COR) vient d'estimer que le régime de retraite sera en déficit de 7,9 milliards à 17,2 milliards d'euros en 2025, le patron du Medef estime que la meilleure solution, "c'est de travailler plus longtemps" et "la meilleure méthode, c'est de trouver un âge pivot". Pour lui, "il faut d'abord mener une réforme qui équilibre le système de retraite et ensuite une réforme pour le rendre équitable".

Enfin, le dirigeant patronal a appelé le gouvernement à baisser les impôts de production, au moment où l'exécutif a reporté le calendrier prévu pour cette réforme, qui sera étalée sur une décennie. Geoffroy Roux de Bézieux a prévenu qu'il accordait à cette promesse, "soumise à l'alternance politique, un crédit très limité".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.