Groupe Tata: le premier actionnaire minoritaire claque la porte

Groupe Tata: le premier actionnaire minoritaire claque la porte
Tata Sons a obtenu une ordonnance d'un tribunal interdisant au groupe SP d'utiliser sa participation pour lever des fonds

AFP, publié le mercredi 23 septembre 2020 à 08h13

Le premier actionnaire minoritaire du groupe Tata a annoncé mardi son retrait du conglomérat indien, mettant fin à une âpre bataille déclenchée par l'éviction de l'ancien PDG de la société, Cyrus Mistry.

Cette décision du groupe Shapoorji Pallonji (SP), dont M. Mistry est le directeur général, devrait ouvrir la voie au rachat par la holding familiale Tata Sons de la part de 18,4% détenue par SP et renforcer ainsi son contrôle sur le mastodonte dont l'éventail des activités va du sel à l'acier.

Premier PDG de ce groupe vieux de plus de 150 ans à ne pas être issu des rangs de la famille Tata, Cyrus Mistry avait été débarqué en octobre 2016 en raison de ses différends avec le patriarche Ratan Tata, mécontent de la stratégie de désinvestissement suivi par son poulain.

Son renvoi inattendu avait déclenché de violents règlements de comptes en public.

Ne digérant pas son renvoi, M. Mistry avait accusé ce conglomérat emblématique de mauvaise gestion, concrétisant ses propos par le dépôt d'une plainte devant la justice.

A son tour, Tata Sons a obtenu récemment une ordonnance d'un tribunal interdisant au groupe SP d'utiliser sa participation pour lever des fonds. 

"Tata Sons a amplifié ses efforts institutionnels pour supprimer et infliger des dommages irréparables au groupe SP, au milieu d'une crise mondiale déclenchée par la pandémie de Covid", a affirmé l'entreprise dans un communiqué.

"Aujourd'hui, c'est le cœur lourd que la famille Mistry pense qu'une séparation d'intérêts servirait au mieux tous les actionnaires", a-t-elle ajouté.

Cette décision met fin à une relation de sept décennies entre les deux entreprises, qui s'était détériorée suite au renvoi de Cyrus Mistry de la direction de Tata.

"Il s'agit d'une déclaration de divorce et en gros SP dit au groupe Tata (...) qu'il peut acheter ses actions", a expliqué à l'AFP Ajit Sharma, un avocat de la Cour suprême et expert en droit des sociétés.

Fondé sous l'ancien régime colonial britannique, Tata est présent dans plus de 100 pays. Le groupe est propriétaire des sociétés britanniques Tetley Tea et Jaguar Land Rover, ainsi que de l'entreprise sidérurgique anglo-néerlandaise Corus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.