Guerre commerciale : le FMI met en garde Washington et Pékin !

Guerre commerciale : le FMI met en garde Washington et Pékin !©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 23 mai 2019 à 23h10

Le bras de fer commercial entre Washington et Pékin menace clairement la reprise économique mondiale espérée au second semestre 2019, a averti jeudi la cheffe économiste du Fonds monétaire international.

Le Fonds monétaire international a lancé jeudi un avertissement aux Etats-Unis et à la Chine. L'économiste en chef du FMI, Gita Gopinath, a affirmé que leur bras de fer risquait de compromettre le rebond économique mondial attendu pour le second semestre 2019.

"Bien que l'impact sur la croissance mondiale soit pour le moment relativement modeste, la nouvelle escalade pourrait sérieusement détériorer le climat des affaires et la confiance des marchés financiers, perturber les chaînes de production et compromettre la reprise de la croissance mondiale prévue en 2019", a-t-elle prévenu.

Les appels se multiplient contre la montée des droits de douane

Dans un post de blogue commun avec deux autres experts du FMI, Eugenio Cerutti et Adil Mohommad, Gita Gopinath constate que "les tarifs douaniers ont réduit les échanges entre les Etats-Unis et Chine, mais le déficit commercial bilatéral reste globalement inchangé", à plus de 419 milliards de dollars en 2018...

Cette mise en garde fait écho aux nombreux appels d'industriels, agriculteurs, et détaillants américains qui ont exhorté Donald Trump à trouver une solution négociée avec Pékin. Lundi, l'association de l'industrie de la chaussure de sport, qui regroupe 173 sociétés dont Nike, Foot Locker, Adidas et Under Armour, a écrit une lettre ouverte à Donald Trump pour lui demander de ne pas taxer leurs produits fabriqués en Chine à 25%...

Une perte de 831 dollars par an et par ménage américain

Mercredi, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a reconnu pour la première fois que les prix de certains produits de consommation courante ont pu augmenter suite à la hausse des droits de douane, contredisant au passage des affirmations de Donald Trump.

Jeudi, la Réserve fédérale de New York a calculé que la nouvelle salve de droits de douane coûtera 106 milliards de dollars par an aux consommateurs américains, soit en moyenne 831 dollars (743,5 euros) par an pour chaque ménage. Une perte de pouvoir d'achat qui risque d'enrayer la consommation, le principal moteur de la croissance américaine (elle représente plus des deux-tiers du PIB).

Escalade des taxes et menaces sur les "Technos"

Le 10 mai dernier, suite à l'échec du dernier round de négociations avec la Chine, le président américain a relevé à 25%, contre 10% auparavant, les taxes sur 200 milliards de dollars de biens chinois importés, et a lancé la procédure en vue de taxer la totalité des importations chinoises, soit plus de 300 Mds$ supplémentaires...

De son côté, Pékin a annoncé la surtaxation de 60 Mds$ d'importations des Etats-Unis à partir du 1er juin, et promet de prendre les mesures nécessaires pour préserver "les intérêts légitimes des entreprises chinoises".

Donald Trump a en outre porté la bataille sur le plan technologique, en interdisant le 16 mai au groupe chinois Huawei de faire des affaires aux Etats-Unis, mais aussi de se fournir auprès de sociétés américaines comme Google (Alphabet), ou les fabricants de puces comme Intel et Qualcomm. Les milieux d'affaires craignent désormais des représailles chinoises contre les entreprises américaines présentes en Chine, dont Apple.

L'activité économique a nettement ralenti en mai aux Etats-Unis

Jusqu'à présent, la guerre commerciale qui enfle entre les Etats-Unis et la Chine semblait n'avoir qu'un impact minime sur l'économie américaine... Cependant, les derniers indicateurs d'activité en mai, publiés ce jeudi, pourraient signaler que la situation est en train de se dégrader...

Ainsi, les premières estimations ("flash") des indices PMI calculés par le cabinet IHS-Markit montrent que l'indice composite a chuté à 50,9 en mai, alors qu'il était à 53 en avril. Il se rapproche de la barre des 50, qui marque la frontière entre l'expansion et la contraction de l'activité.

Dans la zone euro, les indices flash PMI, publiés ce jeudi, ont également déçu en mai, de même que la dernière enquête Ifo sur le moral des entrepreneurs allemands.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.