Guerre commerciale : les entreprises américaines font monter leurs prix

Guerre commerciale : les entreprises américaines font monter leurs prix
boissons US

Boursier.com, publié le lundi 30 juillet 2018 à 10h58

Les taxes sur les importations d'acier et d'aluminium décidées par les Etats-Unis ont déjà poussé de grandes entreprises à augmenter leurs prix, avec des conséquences directes pour les consommateurs. C'est le cas du géant des boissons Coca Cola, qui a expliqué sa situation en présentant la semaine dernière ses résultats pour le deuxième trimestre. "Nous avons dû répercuter une hausse des prix des canettes chez nos partenaires de l'industrie de l'embouteillage, ce qui est relativement rare en milieu d'année", a expliqué James Quincey, le patron de Coca-Cola, sur CNBC. "C'est le prix de l'acier et de l'aluminium qui monte", a-t-il justifié, alors que l'administration Trump a décidé des nouvelles taxes de respectivement 25% et 10% sur leurs importations.

D'autres grands noms de l'industrie sont impactés par cette guerre commerciale lancée par le président américain, à laquelle la Chine, mais aussi l'Union européenne, le Canada et le Mexique ont répliqué. Le fabricant de motos Harley-Davidson a abaissé sa marge d'exploitation pour 2018 à 9%-10%, contre 10% auparavant. L'entreprise a suscité la controverse quand elle a annoncé en juin sa décision de délocaliser une partie de sa production à l'étranger en raison des tarifs de l'UE. Elle a expliqué que les droits prévus par les Européens se traduiraient par une hausse de 2.200 dollars (1.900 euros) en moyenne par moto exportée depuis les Etats-Unis vers l'Union européenne.

Les consommateurs pourraient payer

Le géant de l'électroménager Whirlpool, qui a également publié ses résultats financiers, s'attend maintenant à payer 350 millions de dollars en plus pour les matières premières en 2018, contre une estimation précédente de 300 millions de dollars. D'autres grandes sociétés, comme 3M, qui fabrique notamment les célèbres post-it, mais aussi United Technologies ou General Electric ont évoqué ces derniers jours les difficultés provoquées par cette guerre commerciale. Chez Hasbro, la direction évoque une possible hausse des prix des jouets à Noël.

L'AAM (Alliance of Automobile Manufacturers), qui représente General Motors, Ford, Daimler, et Toyota, entre autres, estime qu'imposer des droits de douane de 25% sur les voitures importées aux Etats-Unis - une autre menace de Donald Trump - entraînerait une hausse annuelle du prix des véhicules américains de 83 milliards de dollars (71 milliards d'euros) et coûterait des centaines de milliers d'emplois. Les constructeurs automobiles ont expliqué que "des taxes douanières plus élevées sur les automobiles pénaliseront les familles et les travailleurs américains ainsi que l'économie" et "augmenteront le prix d'une voiture importée de près de 6.000 dollars et celui d'une voiture fabriquée aux Etats-Unis de 2.000 dollars."

Une embellie ?

Difficile de savoir si Washington passera à l'acte, jetant une nouvelle fois de l'huile sur le feu. La situation semble s'être apaisée ces derniers jours : le président américain Donald Trump a annoncé mercredi s'être entendu avec le chef de l'exécutif européen, Jean-Claude Juncker, pour que les deux blocs travaillent à l'abaissement des barrières commerciales. Dans un communiqué commun, Etats-Unis et Union européenne ont déclaré vouloir "unir leurs forces pour protéger les entreprises américaines et européennes contre les comportements commerciaux inéquitables" et, dans cette optique, "travailler plus étroitement (...) à la réforme de l'OMC".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.