Hermès résiste grâce à l'Asie, la Bourse applaudit

Hermès résiste grâce à l'Asie, la Bourse applaudit
File d'attente devant un magasin Hermès à Paris, le 20 mai 2020

AFP, publié le vendredi 19 février 2021 à 10h12

Hermès a résisté à la crise sanitaire en 2020 grâce à un fort rebond de ses ventes en Asie au second semestre, une performance saluée vendredi matin en Bourse.

Peu après l'ouverture à 9H30, l'action du groupe de luxe prenait 5,97% à 990 euros, dans un marché en petite hausse.

"La solidité de nos résultats traduit à la fois la désirabilité de nos collections et l'agilité de notre modèle artisanal", s'est félicité le gérant du sellier-maroquinier Axel Dumas, cité dans le communiqué.

Le groupe, qui emploie 16.600 personnes dont 10.383 en France, a annoncé qu'il allait verser en 2021 une prime de 1.250 euros "à l'ensemble des collaborateurs pour leur engagement et leur contribution aux résultats".

En 2020, Hermès a vu ses ventes s'établir à 6,38 milliards d'euros, en baisse de 7,2% mais supérieures aux attentes des analystes. 

Son bénéfice net s'est établi à 1,38 milliard d'euros, en repli de 9%, tandis que la marge opérationnelle a atteint 31%, contre 34% l'an dernier.

Le quatrième trimestre a été particulièrement porteur, avec des ventes en progression de 21% dans le monde et de 47% pour la seule Asie Pacifique (hors Japon) - zone géographique qui a représenté 46% des ventes totales du sellier-maroquinier, contre 38% en 2019. 

Si cette région enregistre une croissance des ventes de 12,6% sur l'ensemble, l'Europe reste à la traîne (-24%), tout comme la région Amériques (-22,7%).

Hermès fait également état d'une "forte progression" des ventes en ligne, sans la chiffrer: "la croissance a été très très forte, elle a commencé pendant le confinement et elle ne s'est pas arrêtée lorsque les magasins ont rouvert", a souligné Axel Dumas lors d'une conférence téléphonique.

La Maroquinerie-Sellerie, coeur du groupe dont "la demande est très soutenue", voit ses ventes baisser de 6% sur l'année mais rebondir de 18% au quatrième trimestre.

Les trois derniers mois de l'année sont également porteurs pour le métier Vêtement et Accessoires (+12%) tandis que la division Soie et Textiles "demeure pénalisée par la baisse de l'activité de vente aux voyageurs".

Le groupe va par ailleurs proposer le versement d'un dividende de 4,55 euros, contre 5 euros l'an dernier.

Au titre des perspectives, Axel Dumas s'est dit "confiant pour l'avenir", même si "le contexte reste imprévisible".

"Pour 2021, les impacts de l'épidémie de Covid-19, dont l'ampleur, la durée comme l'étendue géographique évoluent quotidiennement, sont aujourd'hui difficiles à évaluer" mais Hermès confirme, "à moyen terme, un objectif de progression du chiffre d'affaires à taux constants ambitieux".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.