Hidalgo se félicite de la baisse du trafic à Paris, Castaner s'interroge...

Hidalgo se félicite de la baisse du trafic à Paris, Castaner s'interroge...©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 05 février 2018 à 11h02

Toujours très critiquée sur son plan de lutte contre la voiture mis en place à Paris, Anne Hidalgo revendique des mesures qui donnent désormais leurs premiers fruits avec une "baisse record" du trafic automobile en 2017 de 4,8%, qui se confirme sur un rythme identique en janvier 2018...

La maire de Paris interrogée par le 'JDD' se félicite ainsi d'une circulation qui se fluidifie. "Et ceux qui ont réellement besoin de prendre leur voiture, comme les taxis ou les artisans, peuvent ainsi mieux circuler. Tout le monde en convient", affirme-t-elle.

Pollution en baisse

"Grâce à nos actions, en dix ans, la pollution de l'air a baissé de 30% à Paris... Et quand je vois aujourd'hui jusqu'où va le scandale du diesel, avec des tests pratiqués sur des singes et des humains, je ne regrette vraiment pas d'avoir été du bon côté de l'histoire" poursuit Anne Hidalgo. "Certains constructeurs automobiles ont menti sur toute la ligne depuis 20 ans, ils ont induit en erreur les décideurs publics, obtenant une fiscalité favorable, des aides et des primes. Je pense que les Parisiens sont satisfaits que nous ayons résisté à ce lobby", ajoute-t-elle.

Certains experts expliquent la forte baisse du trafic observée ces dernières semaines par la flambée des amendes de stationnement à 50 euros dans Paris et dans nombreuses villes de proche banlieue, ainsi que la mise en place de systèmes de verbalisation par des sociétés privées...

Punition ?

Interrogé sur ce sujet au Grand Jury RTL-LCI, le délégué général de La République en marche, Christophe Castaner, à qui l'on prête des vues sur la Mairie de Paris, a déploré de son côté que la maire "néglige" les 18 millions de Franciliens directement concernés par les mesures "anti-voiture"...

"Ma réserve, c'est que c'est à l'échelle de la région, de la métropole d'Ile-de-France, qu'il faut concevoir cela, parce que cela apparaît comme une sorte de punition de ceux qui ne vivent pas à Paris au nom d'une protection légitime de la santé des Parisiens", a-t-il dit.

Rappelons qu'Anne Hidalgo souhaite en finir avec les véhicules à essence dans Paris d'ici 2030...

Prendre de l'avance

L'objectif de ces interdictions est de faire en sorte que tout Paris roule à l'électrique... Une contrainte envisageable selon la maire de Paris : "Nous sommes en capacité de le faire... Tous les constructeurs automobiles se tournent, bon gré mal gré, vers l'électrique ou vers l'hydrogène" rappelait Mme Hidalgo fin 2017.

Le ministère de la Transition Écologique, Nicolas Hulot en tête, a annoncé dernièrement que la France, d'ici 2040 en aurait aussi fini avec le diesel et l'essence. Un objectif sur lequel Paris prendrait donc 10 ans d'avance.. "Si nous voulons que toute la France atteigne cet objectif en 2040, les grandes villes doivent se fixer des échéances plus rapprochées", a encore déclaré Anne Hidalgo.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.