Hong Kong tombe en récession

Hong Kong tombe en récession
cheffe de l'exécutif à Hong Kong

Boursier.com, publié le lundi 28 octobre 2019 à 14h44

La Chine pourrait finir par remplacer la cheffe de l'exécutif, Carrie Lam, par un dirigeant "intérimaire"

Sans surprise, l'économie de Hong Kong est entrée en récession après 5 mois d'intenses et de violentes manifestations antigouvernementales qui ont paralysé l'activité du territoire autonome chinois, a annoncé le secrétaire aux Finances de l'exécutif hongkongais

"Le coup porté par les manifestations à notre économie est considérable", a déclaré le secrétaire aux Finances, Paul Chan, selon lequel l'estimation préliminaire du produit intérieur brut au troisième trimestre va faire ressortir deux trimestres consécutifs de contraction. Ce dernier a également estimé qu'il serait "extrêmement difficile" de tenir l'objectif d'une croissance annuelle du PIB comprise entre 0 et 1%.

Outre l'activité commerciale qui a été frappée de plein fouet par les événements violents de ces derniers mois, le tourisme s'est effondré à Hong Kong, avec une fréquentation en chute de 50% enregistrée en octobre, a précisé Paul Chan. Les manifestations pro-démocratie ont une nouvelle fois dégénéré ce week-end en violents affrontements entre la police et les protestataires, qui ont incendié des barricades et des magasins dans une grande rue commerçante de l'ancienne colonie britannique...

Selon certaines rumeurs qui circulent depuis quelques jours, la Chine pourrait finir par remplacer la cheffe de l'exécutif, Carrie Lam, par un dirigeant "intérimaire". Le ministère chinois des Affaires étrangères a pourtant démenti ce scénario, parlant d'une rumeur lancée "avec des arrière-pensées politiques".

Pékin dos au mur

Pékin préférerait en effet que la situation se stabilise dans l'ancienne colonie britannique avant de prendre une décision radicale à ce sujet, afin de ne pas donner l'impression de céder face aux manifestations.

Les manifestants, qui ont obtenu du gouvernement local qu'il retire le projet de loi sur l'extradition vers la Chine continentale à l'origine du mouvement de contestation, ont désormais étendu leurs revendications et réclament notamment le départ de Carrie Lam. Le parlement hongkongais a officialisé mercredi dernier l'abandon du projet de loi...

Défi sans précédent

Si le président chinois Xi Jinping décidait de remplacer Carrie Lam, dont le mandat prend fin en 2022, la décision pourrait apparaître comme un renoncement de Pékin face à la violence, le mouvement qui secoue Hong Kong représentant un défi sans précédent pour le président chinois Xi Jinping depuis son arrivée au pouvoir en 2012.

D'abord unis contre un projet de loi d'extradition vers la Chine continentale abandonné depuis, les manifestants réclament désormais plus largement le respect des principes démocratiques à Hong Kong et dénoncent une influence excessive de Pékin...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.