Hôpital : la deuxième hausse des salaires pour les soignants avancée à fin 2020

Hôpital : la deuxième hausse des salaires pour les soignants avancée à fin 2020
Soignant, hôpital

Boursier.com, publié le jeudi 15 octobre 2020 à 16h57

"Au regard de la situation" sanitaire, la deuxième revalorisation de 93 euros pour les soignants "interviendra plus tôt", explique le Premier ministre, alors que près d'un tiers des lits de réanimation sont occupés par des malades du Covid-19.

Le calendrier du Ségur de la santé va être accéléré... Alors que plusieurs syndicats hospitaliers et collectifs de soignants organisent ce jeudi une nouvelle journée de grève et de manifestations face aux manques de moyens, Jean Castex a annoncé une augmentation générale des salaires de 93 euros net pour les personnels hospitaliers, hors médecins, "avant la fin de l'année".

Après les 90 euros par mois versés depuis le 1er septembre, cette deuxième revalorisation prévue par le Ségur de la santé, pour les 2 millions de soignants à l'hôpital et dans les Ehpad, était programmée initialement au 1er mars 2021.

Mais "au regard de la situation" sanitaire, elle interviendra "plus tôt", a expliqué le Premier ministre lors d'une conférence de presse, alors que près d'un tiers des lits de réanimation du pays sont occupés par des malades du Covid-19.

Enveloppe portée à 7,5 milliards d'euros

Pour rappel, dans le cadre du Ségur de la santé, le gouvernement avait proposé début juillet une enveloppe supplémentaire de 1,1 milliard d'euros pour les personnels hospitaliers paramédicaux, portant à 7,5 milliards d'euros la somme prévue pour leurs rémunérations.

"Je comprends l'inquiétude, voire la lassitude qu'est la vôtre, et je peux la partager... Mais je suis là, face aux circonstances présentes, avec mon gouvernement, pour agir. L'ensemble des mesures que nous annonçons aujourd'hui seront précisées et adaptées d'ici samedi", en concertation avec les partenaires sociaux, élus, partis, a assuré Jean Castex.

Une prime pour congés non pris

D'autre part, le chef de l'exécutif a indiqué que les personnels soignants qui renonceront à leurs congés annuels "dans les prochaines semaines", à commencer par les vacances de la Toussaint, recevront une "indemnité compensatrice" de 110 à 200 euros brut par jour.

L'objectif de cette prime est de "reconnaître par avance l'engagement des agents qui seront mobilisés par nécessité de service dans les jours et semaines à venir". Afin de "mieux organiser la gestion des ressources humaines", une enveloppe de 100 millions d'euros sera par ailleurs allouée aux Agences régionales de santé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.