Hôpitaux parisiens: les SMS post-opératoires viennent d'un robot

Hôpitaux parisiens: les SMS post-opératoires viennent d'un robot
D'ici à la fin de l'année, les hôpitaux publics de Paris seront tous équipés de Memoquest, un algorithme qui envoie des SMS pour suivre les patients après une chirurgie ambulatoire, un gain de temps précieux pour le personnel ...

AFP, publié le mardi 27 mars 2018 à 11h34

D'ici à la fin de l'année, les hôpitaux publics de Paris seront tous équipés de Memoquest, un algorithme qui envoie des SMS pour suivre les patients après une chirurgie ambulatoire, un gain de temps précieux pour le personnel soignant. 

"On vous envoie un SMS demain pour voir si tout va bien, n'oubliez pas de répondre", demande le docteur Marie Debes à une patiente qui s'apprête à quitter l'effervescence du service de chirurgie ambulatoire de l'hôpital Saint-Antoine. 

L'institution du XIIe arrondissement de Paris fait partie des pionnières dans l'utilisation de Memoquest, un service lancé en 2014 par la start-up française Calmedica. 

Le principe est simple: les patients admis en chirurgie ambulatoire reçoivent des textos envoyés par un robot conversationnel ("chatbot") durant les deux jours précédant leur opération afin de leur rappeler les consignes à respecter et les horaires de convocation.

Le lendemain de l'intervention, l'algorithme renvoie un SMS pour demander aux patients de confirmer que "tout va bien". 

Le système se veut rassurant: en cas d'absence de réponse du patient dans l'heure, une alerte se déclenche. 

"En cas de non-réponse, on considère qu'il y a un de ces trois problèmes: soit le patient a mal, soit il a envie de vomir, soit il saigne. Dans ce cas-là, le robot renvoie un message en leur demandant quel est le problème et en fonction de leur réponse, le logiciel renvoie des consignes adaptées. Si ça ne va toujours pas après, on appelle", détaille Anne Soulier, responsable de l'unité de chirurgie ambulatoire à l'hôpital Saint-Antoine.

Dans cette unité, patients et soignants sont unanimes sur les bienfaits de ce service et refusent de parler de déshumanisation.

"On reçoit des SMS explicites en temps et en heure, je trouve ça très bien et, de toute façon, s'il y a le moindre problème, on a le numéro de l'hôpital donc si on veut parler à quelqu'un, ce n'est pas gênant", assure à l'AFP Virginie, une patiente dont la voix est encore endormie par l'anesthésie générale subie il y a quelques heures.

"Il y a une énorme pression pour qu'on fasse de plus en plus d'ambulatoire. On est à 45% et on nous demande de viser 60% en 2020, tout ça à personnel constant. On n'a plus le temps d'appeler les patients, on est obligés d'avoir des outils comme ça", renchérit le docteur Debes.

L'algorithme, conçu par Calmedica, équipe déjà une centaine d'hôpitaux publics et privés en France et a remporté l'an dernier un appel d'offres de l'AP-HP.

Il évolue régulièrement au gré des remontées de services hospitaliers et son coût, assumé par l'hôpital, ne dépasse pas trois euros par patient.

Lancée grâce aux financements personnels de Corinne Segalen et Alexis Hernot, ses deux créateurs, Calmedica emploie sept salariés et prévoit un chiffre d'affaires de 500.000 euros pour l'année 2017/2018.

Les fondateurs comptent notamment poursuivre leur développement dans la médecine ambulatoire ou la chimiothérapie à domicile. 

Ils souhaitent également équiper les sites internet d'information médicale de "chatbots spécialisés fonctionnant avec de l'intelligence artificielle", même s'il ne "sera pas question de faire de la télémédecine", rassure Corinne Segalen. 

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
4 commentaires - Hôpitaux parisiens: les SMS post-opératoires viennent d'un robot
  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    le 27 03 2018 à 11 52

    Mais pourquoi par SMS ?

    Le réseau facebook semble plus sécurisé au niveau de l'utilisation des données tout de même.

    avatar
    avocat-du-diable -

    Facebook ? les informations de santé seraient alors postées et visibles du monde entier, question sécurité, je doute de l'efficacité.
    Il faut savoir que la plupart des utilisateurs de facebook ne modifient pas le paramétrage de leur compte et leurs données sont visibles de tout un chacun.

    Il existe également des personnes qui n'ont pas facebook comme d'autres qui n'ont pas de téléphone mobile.
    Un téléphone est tout de même plus "personnel".

    avatar
    JON-DE-LIONNE -

    parfois le second degré est utile dans la vie.

  • avatar
    lef75 -

    Quand un robot prend la place d'un humain, il y a bien déshumanisation ...

    Bientôt l'IA (intelligence artificielle) nous accueillera dans bon nombre de lieux ...

    Les conseillers en banque, en assurance, en emploi, les caissières, les administratifs sont déjà sur la sellette ...

  • avatar
    Reglisse5561 -

    c est desumaniser encore plus les hôpitaux on est deja soigner a la chaine comme les animeaux l avenir n est pas beau pour les gens rentabilitee d a bord

  • avatar
    mouchette -

    !!!! des SMS : tous les patients n'ont pas forcément un portable !!! il y a tout de même des allergiques à la téléphonie au vingt et unième siècle ! et puis rien ne vaut l'humain : on est mal barrés !!!