Huawei : le patron en France confiant pour la 5G

Huawei : le patron en France confiant pour la 5G©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 18 février 2019 à 12h25

Huawei emploie 1.000 personnes en France - c'est le premier employeur chinois de l'Hexagone. Mais le groupe est plongé dans une crise, accusé par plusieurs Etats d'espionnage.

Comment Huawei gère-t-il la crise liée au développement des réseaux de téléphonie de cinquième génération (5G), alors que le groupe chinois est notamment dans le viseur des Etats-Unis, accusé de tentatives d'espionnage ? La filiale française du premier équipementier télécoms mondial affiche sa confiance, dans une interview accordée aux 'Echos'. "Nous ne constatons aucun recul du business en France, ni aucune discrimination à notre égard. Nos objectifs 2018 ont été atteints. En seize ans, en France, nous n'avons jamais eu de problème de cybersécurité", assure Weiliang Shi.

Huawei emploie 1.000 personnes en France - c'est le premier employeur chinois de l'Hexagone. Le groupe a recruté 150 collaborateurs en 2018 et compte en embaucher autant en 2019. Interrogé sur la possibilité de créer un centre de cybersécurité en France, comme dans d'autres pays, pour rassurer ses partenaires, le patron de Huawei affirme que "c'est en discussions". "Cela dépend de ce qu'attendent les autorités françaises et nos partenaires, notamment sur la façon ils souhaitent vérifier nos équipements. On décidera ensemble", poursuit-il.

Limiter l'accès

Fin janvier, le ministre des Affaires étrangères a confirmé que la France envisageait de limiter l'accès du groupe chinois aux contrats d'équipements de télécoms en France. Le gouvernement français est "conscient des risques" d'espionnage liés à l'équipementier télécoms chinois Huawei, a expliqué le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

Plusieurs pays occidentaux, Etats-Unis en tête, redoutent que Pékin n'utilise ses infrastructures à des fins d'espionnage. Aucune preuve n'a jusqu'à présent été apportée pour étayer ces soupçons et le groupe a réfuté à de nombreuses reprises ces accusations. La controverse a toutefois conduit plusieurs pays occidentaux à restreindre l'accès à leurs marchés pour la 5G.

Tensions avec Washington

De son côté, Huawei montre patte blanche : la semaine dernière, il s'est encore dit prêt à prendre toutes les mesures de sécurité nécessaires pour rester dans la course au développement du réseau 5G en Europe centrale et orientale. Mais ces tensions s'inscrivent aussi dans le cadre des difficiles négociations commerciales que mènent actuellement Washington et Pékin. "Cité par l'agence Chine nouvelle, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hua Chunying a récemment accusé les Etats-Unis d'utiliser leur puissance étatique pour bloquer le développement légitime des entreprises chinoises.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.