Huile de palme : "pas de retour en arrière" dit le ministre de l'Agriculture

Huile de palme : "pas de retour en arrière" dit le ministre de l'Agriculture©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 11 juin 2018 à 09h27

Alors que les agriculteurs ont commencé dimanche à bloquer les raffineries pour protester contre l'importation de produits agricoles ne respectant pas les mêmes normes qu'eux, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a jugé ces actions "illégales" ce lundi... "Aujourd'hui, ces blocages sont illégaux", a déclaré le ministre de l'Agriculture sur RTL. "Ce n'est pas en bloquant des raffineries qu'on va trouver une solution adéquate".

Les deux syndicats à l'origine de l'appel au blocage de près de 14 raffineries, la FNSEA et Jeunes agriculteurs, seront reçus mardi au ministère "pour trouver ensemble des solutions", a par ailleurs annoncé Stéphane Travert.

Le mouvement a été déclenché par l'autorisation donnée au groupe pétrolier Total d'importer de l'huile de palme pour faire tourner sa raffinerie de biocarburants de La Mède, dans les Bouches-du-Rhône.

Pas de retour en arrière

"Le gouvernement ne reviendra pas sur l'autorisation faite à Total d'importer de l'huile de palme", a déclaré Stéphane Travert. "C'est quelque chose qui était déjà engagé depuis longtemps. L'Etat dans la continuité qui est la sienne, a respecté son engagement", a-t-il ajouté... "Les producteurs de colza ne doivent pas être les parents pauvres des filières sur les biocarburants", a-t-il expliqué en référence au secteur français que les agriculteurs jugent menacé par les importations d'huile de palme. "Je souhaite que demain Total puisse s'approvisionner de la meilleure manière auprès des producteurs de colza"...

Greenpeace et les Amis de la Terre ont largement critiqué le gouvernement dans sa démarche depuis plusieurs semaines : 550.000 tonnes d'huile de palme seront en effet importées chaque année pour alimenter la bio-raffinerie de Total à La Mède, alors qu'environ 136.000 tonnes d'huile de palme alimentaire sont consommées chaque année en France. De quoi faire bondir de 64% les importations françaises !...

"Conséquence désastreuses"

Les organisations écologistes estiment que cette hausse "aura des conséquences désastreuses dans les pays producteurs, où cette culture est largement responsable de la destruction des forêts tropicales". "Le gouvernement exige de Total que son huile de palme soit certifiée (notamment RSPO) mais aucune certification ne garantit aujourd'hui l'absence d'impacts directs ou indirects sur les forêts", poursuivent Greenpeace et Les Amis de la Terre.

Le site Total a arrêté son activité de raffinage de pétrole brut à La Mède, soit 153.000 barils par jour, en décembre 2016 dans le cadre d'un plan de transformation du site.

"Aucune huile de palme non certifié durable n'entrera à La Mède", avait expliqué de son côté le directeur général raffinage-Chimie du groupe Total, dans un entretien au journal 'La Provence' en avril. Bernard Pinatel a précisé que les importations d'huile de palme certifiée provenaient de Malaisie et d'Indonésie...

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.