Index égalité femmes/hommes : du mieux, mais de mauvais élèves

Index égalité femmes/hommes : du mieux, mais de mauvais élèves
défilé podium mode

Orange avec Boursier.com, publié le lundi 08 mars 2021 à 10h29

Selon le bilan publié lundi par le ministère du Travail, 53 entreprises affichent une très mauvaise note qui les expose à des pénalités dans un an.

Selon le bilan publié lundi par le ministère du Travail, 53 entreprises affichent une très mauvaise note qui les expose à des pénalités dans un an.

Élisabeth Borne a dévoilé ce lundi les résultats de l'index d'égalité femmes/hommes dans les entreprises françaises... "Chaque année les entreprises ont une note sur 100. Si elles ont moins de 75, elles doivent avoir des actions correctrices. Au bout de trois ans, si ça ne va pas, elles s'exposent à des sanctions financières qui peuvent aller jusqu'à 1% de la masse salariale", a rappelé la ministre du Travail au micro de RTL.

"Les entreprises sont au rendez-vous. Elles sont plus nombreuses que l'an dernier a avoir rempli les indicateurs. On était à 59% en 2019. En 2020, nous sommes à 70%", a indiqué Elisabeth Borne. La note moyenne est 85 sur 100, en hausse d'un point par rapport à 2019 (84).

5 critères

Cinq critères sont pris en compte : l'écart de rémunération femmes-hommes (40 points), l'écart dans les augmentations annuelles (20 points), l'écart dans les promotions (15 points), les augmentations au retour de congé maternité (15 points) et enfin la présence de femmes parmi les plus gros salaires de l'entreprise (10 points).

Seules 2% des entreprises obtiennent la note maximale de 100. Il s'agit de Brioche Dorée, la Française des Jeux et de Nicolas.

Mauvais élèves

En revanche, 98% des entreprises ont des marges de progrès et seules un quart affichent une quasi-parité dans leurs dix plus grosses rémunérations. Elisabeth Borne a révélé sur RTL que 43% des entreprises de plus de 1.000 salariés (contre 37% l'année dernière) ont même moins de deux femmes dans ces dix salaires.

Mr Bricolage, Havas Voyages et Foncia font partie des pires élèves du classement. "On a dû faire 17.500 interventions en entreprise de la part des services du ministère du Travail pour leur dire où elles pouvaient progresser. Il y a eu 300 mises en demeure et onze pénalités financières sur des entreprises qui n'avaient pas déclaré leur index ou qui n'avaient pas élaboré de plan d'action", selon Élisabeth Borne.

Ces dernières années, l'égalité femmes-hommes a fait l'objet d'une série de mesures, dont la création de l'index de l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, obligatoire dans les entreprises d'au moins 50 salariés. La dernière mesure en date, qui entrera en vigueur en juillet 2021, concerne l'allongement du congé paternité...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.