Innovation : faut-il craindre l'intelligence artificielle ?

Innovation : faut-il craindre l'intelligence artificielle ?
Robot (Salon Innorobo de Lyon 2013)

Boursier.com, publié le lundi 23 avril 2018 à 06h56

Après la révolution industrielle et celle du numérique, l'Intelligence Artificielle (IA) est attendue comme le prochain grand bouleversement du quotidien... Mais, la perception des Français quant à l'IA se dégrade...

Les Français se montrent ainsi de plus en plus rétifs à toute évolution, même s'ils concèdent à 76%, que la France est plutôt en retard dans le développement de l'intelligence artificielle.

Inquiétude montante...

Encore perçue en mars 2017 comme une chance pour améliorer notre quotidien (52%), l'intelligence artificielle est de plus en plus redoutée des Français. Alors que seulement 47% des Français, s'en inquiétaient, il y a un an, une large majorité de Français (60%) a désormais peur de l'intelligence artificielle...

Pour seulement 39% d'entre eux elle est une chance pour améliorer le quotidien, soit un repli de 13% des avis favorables en un an.

Quotidien perturbé

Cette inquiétude envers l'IA est partagée par toutes les catégories de la population... Seuls les cadres et les habitants de l'agglomération parisienne sont équitablement divisés sur le sujet.

Les Français anticipent, pour la quasi-totalité d'entre eux (82%), une société et un quotidien différents. Même pour 38% d'entre eux, l'intelligence artificielle devrait modifier leur quotidien de manière importante.

L'IA pour remplacer les travailleurs ?

Dans l'incertitude des applications de l'intelligence artificielle, les Français révèlent leur pessimisme. 46% des actifs redoutent qu'au moins une partie de leurs tâches soit remplacée par l'intelligence artificielle.

Pire... 9% anticipent déjà le remplacement total de leur métier et même, de voir leurs compétences devenir inutiles. Ce sentiment est d'ailleurs aussi bien partagé par une part importante de cadres (46%) que d'ouvriers (44%) et d'employés (51%).

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU