Italie : le "come back" de Mario Draghi séduit les marchés

Italie : le "come back" de Mario Draghi séduit les marchés
Mario Draghi gouverneur banque centrale européenne BCE

Orange avec Boursier.com, publié le mercredi 03 février 2021 à 14h48

L'attention médiatique s'est détournée de lui depuis son départ de la BCE en octobre 2019 mais son nom circulait depuis plusieurs semaines en Italie comme possible président du Conseil.

L'attention médiatique s'est détournée de lui depuis son départ de la BCE en octobre 2019 mais son nom circulait depuis plusieurs semaines en Italie comme possible président du Conseil.

Son nom circulait depuis quelques semaines dans la sphère politique italienne... Le retour l'ancien président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi, appelé à former un gouvernement en Italie, est salué mercredi par la bourse de Milan. L'indice FTSE MIB (Milano Italia Borsa), composé des 40 plus grandes valeurs cotées, bondit de 2,6%, dopé par les valeurs bancaires.

Les titres UniCredit (+5,14%) ou Intesa Sanpaolo (+5,37%), s'affichent en vive hausse.

Sauveur de la zone euro

C'est le président italien Sergio Mattarella qui a chargé mercredi Dario Draghi de sortir le pays de la crise politique. L'économiste et ancien banquier a souligné que l'Italie traversait un "moment difficile" et qu'il était confiant sur le fait que le Parlement se montrerait uni face à ces défis. "Je me tournerai vers le Parlement, l'expression de la volonté populaire, avec grand respect", a-t-il dit.

Agé de 73 ans, Mario Draghi est souvent crédité d'avoir sauvé la zone euro de l'implosion en 2012 lorsqu'il a promis que la Banque centrale européenne ferait "tout ce qu'il faudra" pour préserver la monnaie unique.

Départ de la BCE en octobre 2019

L'attention médiatique s'est détournée de lui depuis son départ de la BCE en octobre 2019 mais son nom circulait depuis plusieurs semaines en Italie comme possible président du Conseil.

Impossible pour le moment de savoir quels partis seraient prêts à le soutenir... Un haut responsable du Mouvement 5 Etoiles (M5S), premier parti représenté au Parlement et l'un des piliers de la coalition sortante avec le Parti démocrate (PD), a toutefois averti dès mardi, en souhaitant rester anonyme, que sa formation s'opposerait à la nomination de l'ancien patron de la BCE.

Le Parti démocrate a appelé à des discussions avec le M5S et l'alliance Libres et égaux (LEU), ses alliés de la coalition sortante.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.