Jean Castex écarte la piste d'un reconfinement... à brève échéance

Jean Castex écarte la piste d'un reconfinement... à brève échéance
boutique confinement

Orange avec Boursier.com, publié le mardi 19 janvier 2021 à 10h41

Les Français sont plutôt fatalistes, plus de sept sur dix pariant sur un nouveau tour de vis dans les semaines à venir.

Les Français sont plutôt fatalistes, plus de sept sur dix pariant sur un nouveau tour de vis dans les semaines à venir.

Malgré la campagne de vaccination, les Français ne croient pas à une embellie rapide de la situation sur le front sanitaire... Ils sont 72% à estimer qu'"un nouveau confinement aura lieu prochainement", selon un sondage OpinionWay-Square réalisé pour 'Les Echos' et Radio Classique.

Pourtant, l'envie de se faire enfermer pour freiner la propagation du Covid-19 n'est pas là : ils sont seulement 41% à souhaiter un reconfinement, un chiffre en nette baisse par rapport aux précédents épisodes. "Il y a dans l'opinion un sentiment de résignation et de lassitude qui pose à la fois la question de l'acceptabilité et de tout ce qui est accumulé en termes de mécontentements - et peut devenir explosif en sortie de crise", analyse Bruno Jeanbart, le directeur général adjoint de l'institut de sondage dans 'Les Echos'. Le constat est simple : "Les gens en ont marre", selon lui.

Pas pour le moment ?

Interrogé sur un éventuel reconfinement général lundi, Jean Castex n'a pas plaidé pour une solution aussi radicale, en tout cas pour le moment. "Je rappelle que le précédent confinement a été décidé par le président de République alors qu'il y avait en moyenne 50.000 contaminations par jour. Ça a été efficace."

"Ce que je constate, c'est qu'un mois après, on était retombé à 15.000 contaminations par jours. On a rouvert un certain nombre d'établissements recevant du public et, depuis, on est plutôt à 18.000 par jour en moyenne. Donc, pas question de desserrer l'étreinte et, effectivement, (il y a) nécessité de prendre des mesures complémentaires."

Situation "favorable"

"Nous devons nous réserver des capacités d'action. Le confinement en est une, mais acceptez que nous le fassions lorsque nous estimons nécessaire en notre âme et conscience et par rapport à des situations épidémiques qui le justifient. On reste encore aujourd'hui, grâce aux efforts des Français dans une situation favorable", a-t-il ajouté.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.