Jean-Claude Mailly défend son bilan après 14 ans chez FO

Jean-Claude Mailly défend son bilan après 14 ans chez FO©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 23 avril 2018 à 20h22

Le secrétaire général de Force ouvrière quittera vendredi la tête du troisième syndicat de France après 14 ans de mandat. Jean Claude Mailly a présenté lundi son rapport d'activité au 24e congrès de FO à Lille, au cours duquel il laissera sa place à Pascal Pavageau, unique candidat à sa succession.

"Tout le travail qui a été fait sur la période des ordonnances (sur le Code du travail-NDLR) l'a été avec l'unanimité du bureau confédéral. Je peux comprendre que certains camarades dans l'organisation aient pu être déstabilisés (...) et que cela ait pu générer des incompréhensions", a-t-il déclaré. "Mais nous considérons que notre comportement a été le plus efficace dans un contexte donné".

"Nous avons fait bouger les lignes"

Selon lui, le chantier des ordonnances, qui a permis au gouvernement de modifier rapidement le Code du travail, a été mené alors qu'Emmanuel Macron venait d'être élu avec "des promesses de campagne et des annonces fortes sur ce qu'il allait entreprendre".

"A partir du moment où il accepte les conditions que nous lui avions imposées en termes de méthode, à savoir d'étendre le calendrier, pourquoi ne serions-nous pas allés discuter et fait avancer nos positions?", a-t-il ajouté. "J'ai toujours dit que cela n'était ni satisfaisant ni équilibré. Mais nous avons fait bouger des lignes."

Une base divisée

La base de Force ouvrière est fortement divisée. D'un côté, les tenants d'une ligne radicale qui reprochent à Jean-Claude Mailly de ne pas avoir pris part aux manifestations contre les ordonnances visant à modifier le Code du travail. De l'autre, les défenseurs d'une ligne plus souple. Certains délégués sont d'ailleurs montés sur l'estrade pour défendre le bilan de leur secrétaire général. "Mes camarades, Jean-Claude et son équipe ont fait du bon boulot et heureusement qu'ils étaient là pour les ordonnances", a déclaré Jean-Jacques Leleu, de l'Union départementale 80.

Jean-Claude Mailly avait prévenu dans les médias que le congrès serait "rock'n roll". Il appelle cependant à l'unité dans ces "périodes difficiles". "Tout simplement parce que désunis, on est affaibli, désunis, on ne se développe pas", a-t-il précisé. "Il y a un cap et pour y arriver, il y a un itinéraire qui doit parfois changer, selon la météo, (...) mais le plus important, c'est de garder le cap et de savoir s'adapter au contexte", a-t-il ajouté.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.