Jean-Luc Mélenchon remonte au créneau

Jean-Luc Mélenchon remonte au créneau©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 02 février 2018 à 09h19

Après l'échec cuisant de sa stratégie d'opposition aux ordonnances sur la réforme du Code du travail, La France Insoumise va-t-elle se refaire une santé sur la prochaine réforme à haut risque des retraites ou l'évolution du statut de fonctionnaire ? S'il est encore trop tôt pour le dire, le mouvement de Jean-Luc Mélenchon a présenté hier jeudi en guise d'apéritif, 5 propositions de loi dans le cadre de la "niche parlementaire" qui lui est réservée...

Les 17 députés du mouvement ont ainsi proposé une ratification par référendum du traité de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada (Ceta) aussitôt repoussée, la garantie de la gratuité d'une quantité d'eau minimale pour tous, la qualification de l'épuisement professionnel, ou "burn-out", en maladie professionnelle. Des mesures sur la fin de vie et une proposition de loi introduisant à titre expérimental les fameux récépissés de contrôle d'identité étaient aussi au programme... Une promesse de François Hollande enterrée rapidement en 2012 par Manuel Valls, alors ministre de l'Intérieur. Le but était ici de rendre plus transparents les contrôles de police, une méthode qui s'est rapidement heurtée aux réalités du terrain...

Mauvais sort

Face au blocage des députés La République en marche qui ont pour consigne de voter contre les propositions de LFI jugées mal ficelées", J-L Mélenchon s'est montré contrarié :  "La République en marche n'a pas l'air de comprendre la Constitution.... S'il y a une journée pour les groupes c'est pas pour qu'ils nous fassent le mauvais sort", a-t-il déclaré sur BFM.

"Il ne s'agit en aucun cas de considérer le burn-out comme un épiphénomène, mais nous pensons que c'est en approfondissant les connaissances sur ce sujet et en agissant sur les facteurs de risques psychosociaux que l'on prévient le burn-out", a expliqué en substance le délégué général de la majorité, Christophe Castaner, expliquant les réserves du gouvernement...

Journalistes visés

En attendant, les rapports de la France Insoumise avec la presse restent toujours aussi tendus, alors qu'un questionnaire a été envoyé par La France Insoumise de Tours à une cinquantaine de journalistes "de renom", concernant leurs rémunérations, leurs sympathies politiques ou encore syndicales...

"Il faudrait que l'on puisse avoir des relations plus détendues avec les médias, parce que ou c'est la cogne, ou c'est le procès en diffamation", a estimé Jean-Luc Mélenchon, en référence à sa pétition demandant la création d'un conseil déontologique des journalistes, dont il a saisi Emmanuel Macron. "Pour l'instant je n'ai pas de réponse, je suis bien embarrassé..." a conclu le leader de LFI...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU