Joe Biden encourage les salariés américains à former des syndicats et à se syndiquer

Joe Biden encourage les salariés américains à former des syndicats et à se syndiquer©Boursier.com

Orange avec Boursier.com, publié le lundi 01 mars 2021 à 15h06

"Aucune hiérarchie ne devrait attaquer ou intimider des employés au sujet de leur préférence syndicale", a estimé le président américain.

"Aucune hiérarchie ne devrait attaquer ou intimider des employés au sujet de leur préférence syndicale", a estimé le président américain.

Alors qu'Amazon a lancé une campagne pour empêcher la naissance d'un premier syndicat en son sein aux Etats-Unis, le nouveau président des Etats-Unis Joe Biden a encouragé les salariés du pays à former des syndicats et à se syndiquer, tout en adressant une mise en garde contre ceux qui souhaiteraient les en dissuader.

Sans les mentionner explicitement, le chef d'Etat américain a en effet pris le parti des syndicats chez Amazon, estimant que chaque salarié devrait avoir le droit d'adhérer à un syndicat, et qu'aucun employeur ne pourrait lui enlever ce choix. "C'est votre droit... Alors faites entendre votre voix !", a-t-il déclaré dans un message vidéo posté dimanche sur son compte Twitter.

"Les syndicats soutiennent les salariés, qu'ils soient syndiqués ou non", a poursuivi Joe Biden, avant d'ajouter : "il ne doit y avoir aucune intimidation".

"Aucune hiérarchie ne devrait attaquer des employés sur leur préférence syndicale"

"Aucune pression, aucune menace, aucune propagande antisyndicale... Aucune hiérarchie ne devrait attaquer ou intimider des employés au sujet de leur préférence syndicale", a également insisté le président démocrate.

Workers in Alabama - and all across America - are voting on whether to organize a union in their workplace. It's a vitally important choice - one that should be made without intimidation or threats by employers. > >Every worker should have a free and fair choice to join a union. pic.twitter.com/2lzbyyii1g
- President Biden (@POTUS)

Ces déclarations interviennent alors qu'un scrutin est organisé par les employés d'Amazon de l'Etat de l'Alabama sur la création d'un syndicat. Le géant de l'e-commerce, deuxième plus important employeur privé des Etats-Unis, avait réclamé un report du vote mais l'agence fédérale en charge des syndicats (NLRB) a refusé cette requête début février.

Les travailleurs de Bessemer, les premiers syndiqués ?

Pour rappel, Amazon n'a pas de main-d'oeuvre syndiquée aux Etats-Unis, et les travailleurs de son centre de traitement des commandes de Bessemer, dans l'Alabama, seraient donc les premiers s'ils votaient pour leur rattachement au syndicat Retail, Wholesale and Department Store Union (RWDSU).

Une telle décision pourrait alors encourager les collaborateurs des autres sites d'Amazon. Selon le 'Financial Times', près de 6.000 salariés de l'entrepôt de Bessemer "ont commencé à voter sur la syndicalisation en février et ont jusqu'au 29 mars pour retourner un bulletin de vote par correspondance".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.