L'aide à la réparation des vélos prolongée jusqu'à fin mars

L'aide à la réparation des vélos prolongée jusqu'à fin mars©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 01 décembre 2020 à 10h47

Le dispositif est prolongé de trois mois afin de "donner la visibilité aux réparateurs pour se préparer à la fin du dispositif", précise le ministère de la Transition écologique.

La mesure avait été mise en place au lendemain du premier confinement, pour aider les Français à entretenir leur vélo. "Avec plus d'un million de vélos réparés, le @CoupdepouceVelo a rempli sa mission. Alors qu'il devait s'achever fin décembre, nous le prolongeons jusqu'au 31 mars 2021 : je souhaite qu'au moment où ils se déplaceront de nouveau librement, les Français continuent de choisir le vélo", a annoncé la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, dans un message posté sur Twitter.

Le dispositif est prolongé de trois mois afin de "donner la visibilité aux réparateurs pour se préparer à la fin du dispositif", précise le ministère dans un communiqué. Il comprend un forfait de 50 euros (hors taxes) pris en charge par l'État pour faire réparer sa bicyclette.

L'enveloppe globale, actuellement de 80 millions d'euros, sera relevée "d'une vingtaine de millions supplémentaires".

Selon une enquête OpinionWay réalisée pour la FUB (Fédération des usagers de la bicyclette), citée par le 'JDD', 30% des bénéficiaires ont réparé leur bicyclette "pour se rendre sur leur lieu de travail", 31% pour "limiter leurs déplacements en voiture" et 18% "réduire le temps passé dans les transports en commun".

Encourager les salariés

Le ministère annonce également le lancement d'un programme "objectif employeurs pro-vélo", "qui soutient les employeurs publics et privés dans leur démarche de développement de l'usage du vélo pour les trajets domicile-travail".

Objectif : "labelliser plus de 4.000 entreprises représentants plus de 500.000 salariés" et proposer "20.000 nouvelles places de stationnement vélo sécurisées en entreprise" sur trois ans.

L'usage du vélo en France a connu une importante augmentation au cours des dernières années, mais sa part modale demeure faible, avec moins de 3% à l'échelle nationale. En cause notamment, les difficultés de stationnement, ainsi que le risque et la crainte du vol, notamment lorsque le véhicule doit être stationné dans la rue, faute d'alternative.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.