L'audiovisuel public va devoir se serrer la ceinture

L'audiovisuel public va devoir se serrer la ceinture©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 19 juillet 2018 à 16h10

L'audiovisuel public va devoir se serrer la ceinture durant les prochaines années. Le quotidien 'Le Figaro' révèle en effet que d'ici 2022, 190 millions d'euros d'économies budgétaires devront être faites.

France Télévisions en priorité

Dans le détail, France Télévisions devra, seule, faire des économies de 160 millions d'euros. De son côté, Radio France devra supporter une réduction de ses dépenses de 20 millions d'euros et les 10 millions d'euros restant n'ont pas été précisément affectés. L'effort sera partagé entre plusieurs médias que ce soit France Médias Monde, l'INA, TV5 Monde ou encore Arte.

France Télévisions réussira certainement à économiser les 35 millions d'euros qui lui ont été demandés grâce à la suppression prévue des chaînes France 4 et France Ô. La chaîne de télévision publique devra également réduire ses effectifs pour atteindre les objectifs avancés.

Un changement en profondeur pour France Télévisions

La ministre de la culture, en plus d'annoncer la suppression des deux chaînes, avait exprimé son souhait de se tourner massivement vers le numérique. Ainsi, le budget qui y est alloué sera augmenté de 150 millions d'euros d'ici 2022.

La chaîne France 3 sera également amenée à travailler étroitement avec la radio France bleu, à l'image de la collaboration actuelle entre France info et France Télévisions. Le modèle que souhaite suivre le groupe d'audiovisuel public est celui de la BBC britannique, qui a réuni de nombreuses entités entre la télévision, la radio et le numérique.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.