L'économie française devrait rebondir au 1er semestre dit l'Insee

L'économie française devrait rebondir au 1er semestre dit l'Insee
porte-clé tour eiffel

Orange avec Boursier.com, publié le vendredi 12 mars 2021 à 09h33

Avec des mesures de restriction moins strictes, l'Insee estime que l'activité économique devrait être quasi stable entre janvier et mars.

Avec des mesures de restriction moins strictes, l'Insee estime que l'activité économique devrait être quasi stable entre janvier et mars.

L'économie française est en bonne voie pour rebondir au premier semestre, après avoir subi une forte contraction l'an dernier dans un contexte de crise sanitaire, écrit l'Insee jeudi soir... Dans sa dernière note de conjoncture, l'Institut national de la statistique table sur une croissance de la deuxième économie de la zone euro de 1% au premier et au deuxième trimestres après une contraction de 1,4% sur les trois derniers mois de 2020.

Les mesures de restriction sanitaires instaurées depuis janvier étant moins strictes, plus ciblées et plus localisées que celles du premier et deuxième confinements, l'Insee estime que l'activité économique devrait être quasi stable entre janvier et mars. L'institut s'attend à une activité autour de 4% en deçà de son niveau d'avant-crise sur le trimestre en cours...

Plusieurs hypothèses

"Dans l'hypothèse d'un allègement progressif des restrictions à partir de la mi-avril, l'activité reviendrait en juin à un niveau similaire à celui de septembre-octobre, autour de -3% en écart à l'avant-crise", écrit l'Insee dans sa note.

L'institut estime que l'acquis de croissance pour 2021 à l'issue du premier semestre serait alors de 5,5%.

Des emplois supprimés

Pour lutter contre la propagation des variants du coronavirus, le gouvernement a imposé depuis décembre un couvre-feu nocturne à l'ensemble du territoire national, mais, depuis peu, certains départements sont repassés en confinement le week-end, comme dans la région de Nice ou du Pas-de-Calais. Le risque économique majeur serait le reconfinement de l'Ile-de-France face à la nouvelle dégradation de la situation sanitaire, la région pesant à elle seule quelque 30% du PIB tricolore...

L'Insee table sur la suppression de 77.000 emplois nets au premier trimestre, ce qui ferait grimper le taux de chômage jusqu'à 8,5% de la population active, contre 8% à la fin de l'année dernière. Les prévisions du marché du travail pour le deuxième trimestre n'ont pas été fournies...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.