L'Etat promet de maintenir son soutien financier à l'aéronautique

L'Etat promet de maintenir son soutien financier à l'aéronautique©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 22 janvier 2021 à 14h51

En visite vendredi chez Liebherr-Aerospace à Toulouse, Bruno Le Maire s'est engagé à "tout faire" pour sauver le secteur, très secoué par la crise sanitaire.

Bruno Le Maire était en visite vendredi chez Liebherr-Aerospace à Toulouse, où il a rencontré les acteurs de la filière aéronautique touchés par la crise sanitaire. Le ministre de l'Economie Bruno Lemaire a promis que "tout sera fait pour sauver la filière aéronautique".

"Il y a en France deux économies, une qui se porte bien avec le secteur du bâtiment, du luxe ou de l'agroalimentaire et une deuxième économique qui prend le choc de plein fouet, du patron de bar aux grandes filières industrielles. La filière la plus touchée est l'aéronautique. Tout sera fait pour la sauver", a déclaré Bruno le Maire.

300.000 emplois en jeu

Venu pour "rassurer les salariés et les industriels, du plus petit sous-traitants jusqu'à Airbus", le ministre de l'Economie a précisé lors d'une table-ronde avec les acteurs de la filière chez Liebherr-Aerospace qu'il s'agissait d'un "choix social avec 300.000 emplois en jeu, économique et de souveraineté".

"Nous avons investi pendant des décennies sur l'aéronautique, formé des chaudronniers, ouvert des usines, créé Airbus. Nous n'allons pas laisser tomber tout cela car une crise nous touche", a-t-il insisté.

Pour Bruno Le Maire, qui n'envisage pas de retour à la normale "avant deux, trois ans", cette crise peut être "une opportunité pour la filière" qui "en sortira plus forte" en opérant une "transition vers l'avion propre et décarboné" et une diversification de ses activités.

Avion à hydrogène

"Nous pouvons être la première nation et le premier continent à développer un avion zéro émission. C'est à portée de main", considère le ministre au sujet du projet d'avion à hydrogène promis par Airbus à horizon 2030.

"Saisissez le plan de relance, utilisez-le au maximum pour accélérer la transition aéronautique. Sortez tous les projets que vous aviez dans des cartons et que vous n'osiez pas financer, nous les financerons" a-t-il également déclaré aux chefs d'entreprises en pointant en priorité des "projets de diversification ou de relocalisation".

Fonds de modernisation

L'entreprise Liebherr-Aerospace Toulouse fait partie des 40 projets sélectionnés en Occitanie par le fonds de modernisation et de diversification de la filière aéronautique.

Doté de 100 millions d'euros en 2020 et de 300 millions sur trois ans, ce fonds de soutien a été mis en place pour permettre au secteur aéronautique, secoué par la pandémie mondiale qui a provoqué un effondrement du trafic aérien mondial, de traverser la crise et de préparer l'avion du futur.

Chute de l'activité

La filière aéronautique en Occitanie vit depuis l'été 2020 au rythme des annonces de plans sociaux et de restructuration. Liebherr-Aerospace qui visait une croissance de 7 à 8% en 2020, a clôturé l'année avec une baisse d'activité de 40%. Chez l'industriel, la réponse à la crise traversée par la filière aéronautique a pris la forme d'un plan d'adaptation en deux volets, un plan de départs volontaires portant sur 99 personnes et le recours à l'activité partielle de longue durée (APLD) pour les 1500 salariés des sites de Toulouse et Campsas (Tarn-et-Garonne).

En Occitanie, le secteur aéronautique représente près de 700 entreprises et quelque 110.000 emplois. A lui-seul, le territoire toulousain qui abrite le siège d'Airbus, concentre près de 450 entreprises et 94.500 emplois.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.