L'Europe dévoile son plan d'action pour le climat

L'Europe dévoile son plan d'action pour le climat©Boursier.com

Orange avec Boursier.com, publié le mercredi 14 juillet 2021 à 15h23

La Commission européenne a présenté une longue liste de propositions pour permettre à l'Union de réduire ses émissions nettes de gaz à effet de serre d'au moins 55% d'ici à 2030 par rapport aux niveaux de 1990.

La Commission européenne a présenté une longue liste de propositions pour permettre à l'Union de réduire ses émissions nettes de gaz à effet de serre d'au moins 55% d'ici à 2030 par rapport aux niveaux de 1990.

L'Union européenne a dévoilé ce mercredi son plan de lutte contre le changement climatique le plus ambitieux à ce jour. Les mesures doivent être approuvées par les Etats membres du Parlement européen. Elles feront face à l'influence des lobbies de certains secteurs industriels, des Etats membres les plus pauvres, qui souhaitent protéger leurs citoyens contre les hausses de prix, et des pays les plus polluants, confrontés à une transition plus coûteuse.

L'objectif est d'"adapter les politiques de l'Union en matière de climat, d'énergie, d'utilisation des terres, de transport et de fiscalité de sorte à permettre à l'Union de réduire ses émissions nettes de gaz à effet de serre d'au moins 55% d'ici à 2030, par rapport aux niveaux de 1990", peut-on lire dans un communiqué.

Part des énergies renouvelables

La directive sur les énergies renouvelables relèvera l'objectif de production pour que la part de l'énergie produite à partir de sources renouvelables atteigne 40% d'ici à 2030. Tous les États membres contribueront à la réalisation de cet objectif, et des objectifs spécifiques sont proposés en ce qui concerne l'utilisation des énergies renouvelables dans les transports, les systèmes de chauffage et de refroidissement, les bâtiments et l'industrie.

Réduction de la consommation d'énergie

Cette directive fixera, au niveau de l'Union, un objectif annuel contraignant plus ambitieux en matière de réduction de la consommation d'énergie. Elle orientera la manière dont les contributions nationales sont établies et multipliera presque par deux l'obligation annuelle en matière d'économies d'énergie pour les États membres. Le secteur public sera tenu de rénover 3% de ses bâtiments chaque année afin de lancer la vague de rénovations, de créer des emplois et de faire diminuer la consommation d'énergie et les coûts pour le contribuable.

Voitures à émissions nulles

La Commission veut aussi imposer une réduction des émissions moyennes des voitures neuves de 55% à partir de 2030 et de 100% à partir de 2035 par rapport aux niveaux de 2021. En conséquence, toutes les voitures neuves immatriculées à partir de 2035 seront des véhicules à émissions nulles. "Pour permettre aux automobilistes d'avoir accès à un réseau fiable à travers toute l'Europe pour recharger ou ravitailler leurs véhicules, le règlement révisé sur le déploiement d'une infrastructure pour carburants alternatifs imposera aux États membres d'accroître leur capacité de recharge au rythme des ventes de véhicules à émissions nulles et d'installer des points de recharge et de ravitaillement à intervalles réguliers sur les grands axes routiers : tous les 60 kilomètres pour la recharge électrique et tous les 150 kilomètres pour le ravitaillement en hydrogène", peut-on lire dans un communiqué.

Des avions et bateaux plus propres

L'initiative "ReFuelEU Aviation" obligera les fournisseurs de carburants à accroître la part des carburants d'aviation durables dans les carburéacteurs embarqués dans les aéroports de l'Union, y compris les carburants de synthèse ("e-fuels") à faible teneur en carbone. De la même manière, l'initiative "FuelEU Maritime" encouragera l'utilisation de combustibles maritimes durables et de technologies à émissions nulles en imposant une limite maximale à la teneur en gaz à effet de serre de l'énergie utilisée par les navires faisant escale dans les ports européens.

Ajustement carbone

Un nouveau mécanisme aux frontières fixera un prix du carbone pour les importations de certains produits afin d'éviter qu'une action climatique ambitieuse en Europe ne provoque une "fuite de carbone". On garantira ainsi que les réductions d'émissions européennes auront pour effet de contribuer à la diminution des émissions au niveau mondial et non pas de repousser la production à forte intensité de carbone au-delà des frontières européennes. Ce mécanisme a aussi pour finalité d'encourager les industries en dehors de l'Union ainsi que nos partenaires internationaux à prendre des mesures allant dans le même sens.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.