L'exploitation du parc nucléaire français épinglée par l'UFC

L'exploitation du parc nucléaire français épinglée par l'UFC©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 05 avril 2018 à 12h20

Le quasi-monopole d'EDF dans la production d'électricité en France se traduit par une sous-utilisation de ses centrales nucléaires. L'UFC-Que Choisir estime dans une étude publiée jeudi que ce phénomène a entraîné un surcoût de 2,4 milliards d'euros pour les particuliers entre 2012 et 2016. Pour l'association, cela représente 71 euros pour les abonnés d'EDF au tarif réglementé et 109 euros pour les clients des fournisseurs alternatifs.

UFC-Que Choisir fait en effet valoir que si les centrales nucléaires tournent quasiment à plein régime (au-delà de 95%) en France comme en Allemagne quand les prix de marché sont très élevés, les deux pays divergent lorsque les prix diminuent.

Alors que s'ouvre le débat public sur la programmation pluriannuelle de l'#énergie nous rendons publique 1 étude sur la défaillance du marché de la #production d'#électricité et ses conséquences économiques désastreuses pour les 32 millions de foyers abonnés à l'électricité #PPE
- UFC-Que Choisir (@UFCquechoisir)
Emploi de centrales plus coûteuses

"Ainsi, à 12 euros du MWh, soit approximativement le coût du combustible, le taux moyen d'utilisation des centrales opérationnelles baisse en France à 83%, quand il se maintient à 91% en Allemagne", précise l'association. Elle pointe du doigt le fait que ce moindre recours au parc nucléaire français est généralement compensé par l'emploi de centrales plus coûteuses (gaz, fioul, charbon) qui font monter les prix sur le marché de gros.

Selon l'association de défense des consommateurs, EDF cherche à "vendre à meilleur prix l'électricité produite" et aurait en conséquence engrangé "une recette supplémentaire d'environ 3,2 milliards d'euros" entre 2012 et 2017.

Des importations faibles

L'association souligne également que "malgré un prix régulièrement plus compétitif en Allemagne, les importations (d'électricité) sont restées anormalement faibles, ne permettant pas une baisse des prix français".

Elle demande ainsi aux pouvoirs publics, dans le cadre de la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) en cours d'élaboration, "de mettre en place un cadre réglementaire plus contraignant afin d'assurer un fonctionnement du parc nucléaire qui soit à la fois bénéfique aux consommateurs et qui n'hypothèque pas les objectifs environnementaux de long terme".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.