L'incertitude sur le Brexit fissure la confiance des entrepreneurs

L'incertitude sur le Brexit fissure la confiance des entrepreneurs
Londres Big ben Royaume-Uni Grande-Bretagne

Boursier.com, publié le mardi 16 octobre 2018 à 05h10

Pour le second volet de son enquête "Brexit in the Boardroom" dédié au niveau de préparation des entreprises européennes face au Brexit, le cabinet de conseil FTI Consulting a interrogé près de 2.000 dirigeants de grandes entreprises des quatre principaux pays de l'UE.

A moins de 6 mois de l'échéance du 29 mars 2019, cette étude analyse les réponses des dirigeants français, allemands, espagnols et britanniques, offrant un aperçu de l'évolution de leur état d'esprit et de leur niveau de préparation depuis la première édition de l'étude menée en décembre 2017...


Inflexion sensible

La confiance des chefs d'entreprises demeure solide : 59% s'attendent à enregistrer une croissance de leur chiffre d'affaires dans l'année suivant le Brexit, à comparer toutefois à l'année dernière où ils étaient 66%... Leurs anticipations d'une progression de leur nombre d'employés a également chuté, passant de 64% à 56 % au cours de la même période.

En décembre dernier, 84% des entreprises avaient déclaré qu'elles allaient engager des changements organisationnels d'ici la fin septembre 2018. Le second volet de l'enquête montre que seulement 19% d'entre elles ont franchi cette étape... Ce sont les entreprises françaises qui ont engagé le plus de changements, avec 28% qui déclarent avoir mis en place des projets spécifiques, contre 17% au Royaume-Uni.

Notons néanmoins que les prises de décisions stratégiques de nombreuses grandes entreprises ont été reportées. Vraisemblablement, ces entreprises ont été contraintes d'établir plusieurs plans internes correspondant à la diversité des hypothèses qui peuvent être encore envisagées...


Paradoxe ?

L'étude de FTI Consulting fait apparaitre clairement une dichotomie. En effet, les chefs d'entreprise sont de plus en plus certains que le Brexit aura lieu (ceux qui le jugent plus probable qu'improbable passent de 76% à 78% cette année), mais ils continuent néanmoins à hésiter sur la façon de s'y préparer, alors que l'échéance finale arrive à grands pas...

Le manque de clarté du processus politique est la raison sous-jacente de cette hésitation à agir. Il semble que la planification à long terme a été remplacée par des plans d'urgence plus immédiats, avec 76% des entreprises qui se préparent à un scénario sans accord. Les préoccupations que cela soulève sont renforcées par le nombre de personnes interrogées qui croient toujours en un "soft Brexit", malgré le franchissement de nombreuses lignes rouges que le gouvernement britannique a définies depuis l'année dernière...


Réunion cruciale

John Maloney, responsable du groupe de travail spécialiste du Brexit de FTI Consulting déclare : "A seulement six mois de l'échéance, et avec une réunion cruciale du Conseil européen cette semaine, les entreprises ont clairement décidé qu'elles n'obtiendraient pas la clarté ou les certitudes nécessaires pour une préparation à long terme... L'impact sur certaines entreprises pourrait être énorme, et notamment sur la 'R&D', les emplois et les investissements. Les conseils d'administration des sociétés prennent les mesures appropriées pour atténuer le risque. Ce n'est qu'au cours des prochains mois que nous verrons à quel point cela sera perturbateur, car nous attendons tous de voir si le processus politique peut déboucher sur un accord acceptable pour les deux parties".

Hans Hack, membre du groupe de travail spécialiste du Brexit de FTI Consulting et ancien diplomate néerlandais, ajoute : "Le Royaume-Uni semble être le plus exposé, mais il serait erroné de présumer que les entreprises européennes sont à l'abri des conséquences d'un scénario sans accord. L'optimisme relatif en France contraste avec la baisse significative de celui-ci en Allemagne et en Espagne. Une approche attentiste n'est plus une option... Même s'il n'est pas trop tard pour que les entreprises exercent leur pouvoir d'influence sur ce qui reste un processus politique fluide, leur préparation est désormais essentielle. Ces dernières vont avoir besoin des meilleurs conseils pour s'adapter à ce changement de paradigme."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.