L'intelligence artificielle pour décrypter le "poker face" de Draghi

L'intelligence artificielle pour décrypter le "poker face" de Draghi©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 21 mars 2018 à 10h26

Que pense Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, derrière son visage impassible ?... Deux chercheurs japonais s'affirment en mesure de prédire ce qu'il s'apprête à dire en analysant les micro-variations de ses expressions faciales. Yoshiyuki Suimon et Daichi Isami se sont servis de l'intelligence artificielle pour passer au crible les conférences de presse que Draghi a données entre juin 2016 et décembre 2017.

Les deux chercheurs découpent ces conférences de presse en captures d'écran prises par intervalles d'une demi-seconde qu'ils soumettent à un programme d'IA utilisant un algorithme de reconnaissance faciale développé par Microsoft. Huit émotions différentes sont censées être décryptées : bonheur, tristesse, surprise, colère, peur, mépris, dégoût et indifférence. Ils s'efforcent ensuite de mettre en évidence des corrélations entre les micro-variations des expressions faciales et le degré d'importance des annonces délivrées lors de ces conférences de presse.

"Poker face"

Très sérieusement, ils affirment que l'analyse des expressions du visage de Draghi a ainsi dévoilé des signes de "tristesse" avant deux changements majeurs de la politique de la BCE, en décembre 2016, quand la banque centrale a ajusté son programme de rachats d'obligations, puis en octobre dernier, à la faveur d'une nouvelle décision modérant cette politique d'assouplissement quantitatif.

Les mêmes chercheurs ont déjà appliqué cette méthode au gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda. Ce dernier, confronté aux recherches sur ses expressions faciales, avait répondu en octobre dernier avec humour en expliquant qu'il lui suffirait de modifier consciemment l'expression de son visage pour tromper l'algorithme.

Yoshiyuki Suimon souligne que la "poker face" de Draghi a été plus difficile à décrypter que celle de son homologue japonais. "Draghi, qu'il le fasse consciemment ou pas, semble conserver un plus grand contrôle de ses expressions faciales", écrit-il dans l'étude que les deux chercheurs ont présentée mardi devant la Société japonaise de l'intelligence artificielle (JSAI).

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU