L'Italie inquiète l'UE et les marchés

Chargement en cours
Photomontage fait le 10 mai 2018 des portraits des dirigeants de Mouvement 5 étoiles (M5S) Luigi De Maio et de la LIgue MAtteo Salvini
Photomontage fait le 10 mai 2018 des portraits des dirigeants de Mouvement 5 étoiles (M5S) Luigi De Maio et de la LIgue MAtteo Salvini
1/2
© AFP, Tiziana FABI

AFP, publié le mardi 22 mai 2018 à 17h18

Les craintes de voir l'Europe s'engouffrer dans une nouvelle crise augmentaient en Europe et sur les marchés face à l'évolution politique de l'Italie, pays fondateur de l'UE et de l'euro, en passe d'être dirigé par un gouvernement populiste et eurosceptique.  

Les avertissements de la part de dirigeants européens se sont multipliés ces derniers jours à l'intention de la coalition anti-européenne qui se met en place à Rome.

D'autant que cette dernière ne cache pas ses intentions de pratiquer une politique de relance en laissant déraper le déficit public et la dette, au risque de provoquer une crise de l'euro.

Le président italien Sergio Mattarella a demandé mardi de nouvelles consultations avant de décider s'il accepte ou non de nommer Guiseppe Conte, un juriste inconnu du grand public proposé par la coalition formée par le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) et la Ligue (extrême droite) pour diriger le gouvernement. Son refus imposerait de nouvelles élections.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker s'est refusé mardi à tout commentaire dans l'attente de sa décision. "Nous comprenons que le processus constitutionnel est en cours et nous attendrons qu'il soit terminé", a déclaré son porte-parole Margaritis Schinas.

Mais plusieurs membres de la commission ont dit leur préoccupation. "Il y a quelque chose d'inquiétant, oui", a ainsi déclaré la commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, avant une réunion ministérielle mardi à Bruxelles.

Mardi, l'euro était stable face au dollar, après avoir atteint la veille un plus bas depuis mi-novembre.

A 14H35 GMT, la Bourse de Milan était en baisse de 0,13%, tandis que le spread - l'écart très surveillé en Italie entre les taux d'emprunt italien et allemand à dix ans - qui était un temps descendu, était remonté à 181 points. 

Dans un entretien publié mardi dans le quotidien économique allemand Handelsblatt, le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis a lancé une mise en garde.

"La Commission européenne ne se mêle pas par principe de la politique nationale. Mais pour nous, il est important que le nouveau gouvernement italien maintienne le cap et mène une politique budgétaire responsable", a déclaré le commissaire Letton, chargé de l'euro au sein de l'exécutif européen.

"L'Italie a l'endettement public le plus élevé de la zone euro après la Grèce", a-t-il rappelé, alors que le coût d'emprunt du gouvernement italien pour financer ses déficits sur les marchés financiers s'est accru ces derniers jours.

"Nous ne pouvons que conseiller de maintenir le cap en matière de politique économique et financière, de promouvoir la croissance via des réformes et de maintenir le déficit budgétaire sous contrôle", a dit le vice-président de la Commission.

Mardi, un haut responsable de la zone euro a prévenu Rome, deux jours avant une rencontre des ministres des Finances des 19 pays ayant adopté la monnaie unique à Bruxelles :"Pour chaque pays de l'UE, il y a des règles et elles valent aussi pour l'Italie".

Ces avertissements répétés agacent les chefs des deux forces de la coalition italienne. "Laissez-nous commencer d'abord, ensuite vous pourrez nous critiquer, vous en aurez tous les droits, mais laissez-nous commencer", a déclaré lundi soir Luigi Di Maio, le jeune chef de file du Mouvement 5 étoiles (M5S).

Matteo Salvini, le patron de la Ligue, cherche pour sa part à calmer les craintes. "Ils ne doivent pas s'inquiéter, le gouvernement dont nous ferons partie veut faire croître et repartir l'Italie, en respectant toutes les règles et les engagements".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.