L'UE veut durcir l'encadrement des réseaux sociaux

L'UE veut durcir l'encadrement des réseaux sociaux
Facebook silhouette

Boursier.com, publié le vendredi 23 mars 2018 à 09h59

L'Union européenne réfléchit à un durcissement de l'encadrement légal des réseaux sociaux et des fournisseurs de messagerie comme Facebook ou Gmail, alors que Facebook est l'objet de vives critiques après les révélations dans l'affaire Cambridge Analytica.

Le groupe de Mark Zuckerberg est au coeur de la polémique depuis le début de la semaine, après le siphonnage, en 2014, des données relatives à 50 millions d'abonnés du réseau social par ce cabinet londonien de marketing politique, qui a travaillé avec l'équipe de campagne de Donald Trump.

Le texte de l'UE permettrait aux autorités européennes d'imposer des amendes représentant au moins 4% du chiffre d'affaires des groupes concernés au lieu des montants dérisoires qu'elles peuvent pour l'instant réclamer. Avec cette proposition, la protection des consommateurs européennes serait étendue aux services réputés "gratuits" pour lesquels les consommateurs cèdent des données personnelles en contrepartie de produits.

Appel à quitter Facebook

Les consommateurs pourraient ainsi disposer d'un droit d'information précontractuelle et de la possibilité de dénoncer des contrats jusqu'à 14 jours après leur conclusion.

Mark Zuckerberg est sorti de son silence mercredi soir et a reconnu que Facebook avait commis des erreurs dans ce dossier. Mais pas de quoi éteindre la polémique, y compris chez les utilisateurs, qui sont nombreux à appeler à quitter le réseau dans le monde. Sous la bannière #DeleteFacebook, une campagne d'incitation au désabonnement a été lancée cette semaine, notamment sur Twitter.

Le titre Facebook est également chahuté en bourse, puisqu'il a perdu environ 10% depuis le début de l'affaire sur le Nasdaq à New York.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU