L'usine Ford de Blanquefort en danger

L'usine Ford de Blanquefort en danger
Logo du constructeur auto Ford

Boursier.com, publié le mardi 27 février 2018 à 17h25

C'est un coup dur pour les salariés de l'usine Ford de Blanquefort, en Gironde. Le site n'accueillera finalement pas la fabrication d'une nouvelle boîte de transmission. Il produit essentiellement des boîtes de vitesse, et l'octroi de nouveaux modèles est critique pour assurer le maintien de l'activité et l'emploi des quelque 900 salariés.

"Nous avons (...) rencontré aujourd'hui le comité d'établissement de Ford Aquitaine Industries (FAI) et confirmé qu'en conclusion de l'étude formelle, il s'avère que la fabrication de la nouvelle transmission 8 vitesses à FAI n'était pas économiquement viable", annonce Ford dans un communiqué. "Les projections actuelles de volume de production sont saines jusqu'au cours de 2019", ajoute le groupe.

Bercy s'engage à nouveau

Au-delà, Ford "promet de rechercher de nouvelles possibilités pour l'usine" en lien avec les pouvoirs publics, l'Etat, les collectivités locales et les partenaires sociaux, sans exclure la quête "de tout repreneur potentiel intéressé par le site".

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a assuré que l'Etat s'engageait à garantir sa pérennité. Lors d'une récente rencontre avec le président Europe du groupe Ford, Steven Armstrong, Bruno Le Maire avait demandé à Ford de maintenir une charge de travail suffisante sur le site jusqu'à fin 2019. Il réitère mardi "à l'attention des 910 salariés concernés, son plein soutien et son implication totale afin qu'une solution de long terme soit trouvée" et annonce qu'il réunira dans les prochains jours au ministère les représentants des salariés du site et les élus concernés.

En 2013, les dirigeants de Ford Europe et les pouvoirs publics avaient signé un accord-cadre d'une durée de cinq ans apportant 12 millions d'euros d'aides au site pour maintenir son niveau d'effectifs. L'accord arrive à son terme en mai 2018.

"On s'est fait baratiner"

"Notre première réaction, au-delà de la déception, c'est surtout de la colère parce qu'on s'est fait baratiner par Ford depuis des mois. Ils devaient nous apporter de l'activité, ils nous avaient dit que notre usine serait un centre d'excellence pour la transmission automatique pour le marché européen", a dit à Reuters le délégué CGT Vincent Alauze. "Au final, Ford nous annonce ce matin qu'ils ne feront rien du tout et qu'ils se désengagent de notre usine."

Le délégué syndical a confirmé que les fins d'activités sur la transmission automatique 6F35 et le double embrayage allaient permettre d'avoir du travail jusqu'à mi-2019 mais l'usine sera selon lui en sureffectifs. Une intersyndicale est prévue mercredi matin pour déterminer les actions à mener avec les salariés.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - L'usine Ford de Blanquefort en danger
  • avatar
    Tueur -

    Ford de Blanquefort, c'est comme le Roquefort ?