La Banque de France prévoit désormais 5,5% de croissance en 2021

La Banque de France prévoit désormais 5,5% de croissance en 2021©Boursier.com

Orange avec Boursier.com, publié le mardi 16 mars 2021 à 09h36

Le taux de chômage devrait parallèlement augmenter de 8,9% cette année à un pic de 9,3% l'année prochaine.

Le taux de chômage devrait parallèlement augmenter de 8,9% cette année à un pic de 9,3% l'année prochaine.

La Banque de France a revu en hausse à 5,5% sa prévision de croissance de l'économie française en 2021. Elle parie en effet sur un rebond des dépenses de consommation au second semestre au fil de l'allègement des restrictions mises en place contre l'épidémie de coronavirus.

La banque centrale prévoit désormais, dans ses prévisions trimestrielles, une croissance du produit intérieur brut (PIB) français de 5,5% en 2021, 4% en 2022 et 2% en 2023. En décembre, elle tablait sur 5% en 2021 comme en 2022, puis 2% en 2023.

Stabilité au 1er semestre

La Banque de France attend une activité stable au premier semestre de cette année en raison des mesures de confinement toujours en place pour lutter contre la propagation du SARS-CoV-2. Mais la campagne de vaccination devrait permettre un assouplissement des restrictions et favoriser la consommation des ménages au second semestre.

L'excès d'épargne des ménages, privés de restaurants, cinémas ou voyages, devrait atteindre un pic à 165 milliards d'euros en fin d'année, prédit la Banque de France.

Faiblesse de l'inflation

Les dépenses de consommation seront portées par la faiblesse de l'inflation qui permettra de préserver le pouvoir d'achat. La BdF prévoit un taux d'inflation de 1,1% en moyenne cette année, de 0,9% en 2022 et de 1,1% en 2023.

Le taux de chômage devrait parallèlement augmenter de 8,9% cette année à un pic de 9,3% l'année prochaine, avant de revenir à 9,0% en 2023, estime encore la Banque de France.

Dans ce contexte, la banque centrale prédit que la deuxième économie de la zone euro retrouvera à la mi-2022 ses niveaux d'activité d'avant la crise sanitaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.