La Bourse de Paris baisse de 0,99%, la correction s'amplifie

La Bourse de Paris baisse de 0,99%, la correction s'amplifie
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le jeudi 25 juin 2020 à 09h59

La Bourse de Paris accentuait sa correction jeudi matin (-0,99%) après son fort recul de la séance précédente, face aux craintes liées à l'évolution sanitaire et économique. 

A 09H34, l'indice CAC 40 perdait 48,44 points à 4.822,92 points. La veille, il avait reculé de 2,92%.

"La hausse record du nombre de cas" de Coronavirus "dans de nombreux Etats américains depuis le début de semaine commence à inquiéter les investisseurs et notamment ceux qui pensent encore que l'économie va rebondir dès le troisième trimestre", écrit Vincent Boy, analyste chez IG France.

D'autant que les espoirs de reprise rapide ont été mis à mal par le Fonds monétaire international qui a prévenu mercredi que la reprise après cette "crise pas comme les autres" serait plus lente qu'espéré, et qui a présenté des perspectives plus sombres que prévu.

Ainsi, l'économie mondiale devrait reculer de 4,9% cette année: bien plus que les 3% anticipés en avril en plein coeur de la pandémie, et le PIB américain devrait s'effondrer de 8% cette année, bien au-delà des 5,9% de recul estimés en avril. 

Le seuil des dix millions de cas de Covid-19 dans le monde devrait être atteint la semaine prochaine alors que l'épidémie n'a pas encore atteint son pic dans la région des Amériques, a averti mercredi l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

De plus, "les relations entre l'Union Européenne et les Etats-Unis semblent également se détériorer, à en croire les menaces de l'administration américaine de mettre des droits de douane sur les produits importés de la zone euro", souligne M. Boy.

L'administration américaine a allongé encore sa liste d'une trentaine de nouveaux produits européens susceptibles d'être frappés de taxes punitives et dont les importations aux Etats-Unis se montent à quelque 3,1 milliard de dollars. 

Pour M. Boy, "cela ressemble davantage à un moyen de détourner l'attention des investisseurs des vrais problèmes".

Safran poursuivait sa glissade de la veille (-2,74% à 87,24 euros), tout comme Atos (-2,51% à 71,58 euros).

Le compartiment du luxe pâtissait de la conjoncture économique : LVMH (-1,67% à 375 euros) et Kering (-1,88% à 465 euros).

Parmi les trois rescapés dans le vert, Renault prenait 1,05% à 21,13 euros, Unibail-Rodamco-Westfield +0,12% à 51,06 euros et Worldline +0,14% à 69,68 euros.

Au sein du SBF 120, Pierre et Vacances reculait de 1,42% à 17,40 euros, le groupe s'attendant à une chute de 90% de son activité au troisième trimestre, tout en faisant état de tendances "encourageantes" pour le quatrième trimestre.

Sodexo cédait 0,07% à 58,12 euros après avoir indiqué qu'il allait exercer son droit au remboursement d'un encours de 1,6 milliard de dollars (1,4 md EUR) de placements privés américains, "pour préserver sa liberté d'action".

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.