La Bourse de Paris cale, rattrapée par les taux

La Bourse de Paris cale, rattrapée par les taux
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le jeudi 25 février 2021 à 13h18

La Bourse de Paris voyait son optimisme remis en question et cédait 0,02% jeudi à la mi-journée sur fond de nette remontée des taux d'emprunt des deux côtés de l'Atlantique, le dix ans français étant repassé en territoire positif.

La Bourse de Paris voyait son optimisme remis en question et cédait 0,02% jeudi à la mi-journée sur fond de nette remontée des taux d'emprunt des deux côtés de l'Atlantique, le dix ans français étant repassé en territoire positif.

Après avoir passé la matinée dans le vert, l'indice vedette CAC 40 cédait 0,97 point à 5.797,01 points vers 12H50, au lendemain d'une avancée de 0,31%. 

"Les marchés boursiers européens ont repris là où ils s'étaient arrêtés hier, avec un début de journée positif", note Michael Hewson, analyste en chef chez CMC Markets UK.

Mais la forte progression des taux d'emprunt, un temps freinée la veille par des propos du président de la Fed, a réveillé les vieux démons inflationnistes des Bourses européennes.

Le taux français à dix ans est ainsi repassé ce jeudi en territoire positif pour la première fois depuis juin 2020.

Le président de la Réserve fédérale américaine (Fed), Jerome Powell, avait pourtant tenté de calmer le jeu mercredi en répétant que la banque centrale américaine comptait maintenir sa politique accommodante de soutien à l'économie et en balayant les craintes sur une possible inflation galopante dans les prochains mois.

"Le marché reste dans une période d'incertitude et tout franchissement du seuil psychologique situé à 1,50% sur le dix ans américain pourrait entraîner une nouvelle vague de chute des actions", prévient de son côté Christopher Dembik, directeur associé chez Berenberg.

Le bon du Trésor américain à dix ans, référence sur le marché obligataire, évoluait autour de 1,44%, un nouveau plus haut en un an alors qu'il avait reflué jusqu'à 1,37% la veille.

Côté indicateurs, le moral des ménages en France a de nouveau légèrement baissé en février, après son net repli de janvier tandis que le moral des consommateurs allemands devrait s'améliorer en mars, selon le baromètre GFK.

En Italie, l'indice de confiance des entreprises a enregistré en février une hausse, renouant pour certains secteurs avec les niveaux d'avant la pandémie de coronavirus.

Dans l'après-midi aux Etats-Unis, la deuxième estimation de croissance du quatrième trimestre sera à l'honneur, tout comme les commandes de biens durables pour janvier.

Safran creuse ses pertes

Safran reculait de 3,72% à 116,50 euros. Le groupe est parvenu à rester bénéficiaire en 2020, publiant un bénéfice net de 352 millions d'euros, malgré la crise historique du secteur aérien due à la pandémie de Covid-19.

Axa chapeaute le CAC 40

L'assureur (+4,38% à 21,20 euros) a dévoilé jeudi un bénéfice net en baisse de 18% en 2020, à 3,16 milliards d'euros, principalement à cause de la pandémie et des "mesures de solidarité".

A l'instar des valeurs bancaires, il profitait de la forte remontée des taux d'emprunt: Crédit Agricole gagnait 1,84% à 11,88 euros, BNP Paribas montait de 1,67% à 51,01 euros tandis que Société Générale prenait 1,59% à 20,71 euros.

Nexity en forme

Le premier promoteur français bondissait de 5,95% à 40,96 euros après avoir augmenté son chiffre d'affaires de 8% en 2020, grâce à une accélération de son activité au second semestre, et avoir réalisé une "année exceptionnelle" sur le plan commercial.

SES plombé par son activité vidéo

L'opérateur européen de satellites était en revanche lesté (-5,36% à 6,53 euros) par une perte nette et une baisse de 4,5% de son chiffre d'affaires en 2020, sur fond de poursuite du déclin de son activité vidéo, sa principale source de revenus.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.