La Bourse de Paris cale, refroidie par la Fed (-0,93%)

La Bourse de Paris cale, refroidie par la Fed (-0,93%)
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le jeudi 20 août 2020 à 13h19

La Bourse de Paris perdait 0,93% à la mi-séance jeudi, prise dans un mouvement de recul mondial lié à la prudence de la banque centrale américaine (Fed) quant aux incertitudes économiques en pleine pandémie de Covid-19.

Vers 13H00 (11H00 GMT), l'indice parisien perdait 46,31 points à 4.930,92 points. 

Le dernier compte-rendu de la Fed "souligne que la reprise ne sera pas un chemin bordé de roses", affirme Neil Wilson, analyste marchés pour Markets.com

Dans un document publié mercredi, les participants à la dernière réunion de l'institution américaine ont notamment souligné que "l'incertitude qui entoure les perspectives économiques (restait) très élevée, la trajectoire de l'économie dépendant fortement de celle du virus et de la réponse du secteur public à cela", c'est-à-dire de l'adoption d'un nouveau plan d'aide.

Problème: celui-ci tarde à voir le jour en raison des fortes dissensions entre élus démocrates et républicains au Congrès, à quelques mois d'une élection présidentielle américaine cruciale.

La réaction des marchés "a l'air plutôt surprenante en considérant que les observations de la Fed sur l'économie américaine sont plutôt évidentes au regard des récents événements", souligne toutefois Michael Hewson, analyste marchés pour CMC Markets UK.

Raison pour laquelle certains invoquaient plutôt des prises de bénéfices, notamment à Wall Street, ayant clôturé en baisse mercredi après avoir atteint des sommets historiques sur les indices S&P 500 et Nasdaq. 

Les marchés asiatiques ont de leur côté terminé en baisse jeudi et les indices européens perdaient du terrain comme à Paris à la mi-séance.

Outre la Fed, la toile de fond sanitaire n'incite pas non plus au plus grand optimisme: la France a enregistré ces dernières 24 heures plus de 3.700 nouveaux cas de Covid-19, une progression inédite depuis mai, et l'Allemagne a dépassé jeudi son pic de contamination en 24 heures depuis avril.

La pandémie a fait plus de 780.000 morts dans le monde depuis fin décembre et plus de 22 millions de cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués, selon un bilan établi mercredi par l'AFP à partir de sources officielles.

Parmi les valeurs du jour, le groupe d'ingénierie pétrolière TechnipFMC (-1,41% à 6,72 euros) a annoncé jeudi avoir remporté un "grand contrat" en consortium auprès du groupe brésilien Petrobras pour la construction d'installations sur un champ pré-salifère situé au large du Brésil.

Accor avançait de 0,30% à 23,23 euros. Selon une information du Figaro, le groupe hôtelier a étudié un projet de rapprochement avec son concurrent britannique Intercontinental Hotels Group, sans toutefois aller plus loin dans la discussion. Sollicités par l'AFP, les deux groupes n'ont fait aucun commentaire.

Total perdait 0,74% à 32,84 euros au lendemain du maintien de l'accord de baisse de production par les pays exportateurs de pétrole (Opep+) lors d'une réunion mensuelle.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.