La Bourse de Paris conserve sa bonne humeur et avance de 1,34%

La Bourse de Paris conserve sa bonne humeur et avance de 1,34%
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le lundi 01 mars 2021 à 12h48

La Bourse de Paris progressait lundi à la mi-journée (+1,34%), effaçant ses pertes de vendredi à la faveur d'un repli des rendements obligataires et de l'adoption par les députés américains d'un vaste plan de relance de 1.900 milliards de dollars. 

La Bourse de Paris progressait lundi à la mi-journée (+1,34%), effaçant ses pertes de vendredi à la faveur d'un repli des rendements obligataires et de l'adoption par les députés américains d'un vaste plan de relance de 1.900 milliards de dollars. 

Après avoir nettement rebondi à l'ouverture, l'indice vedette CAC 40 gagnait 76,70 points à 5.779,92 points vers 12H18 (11H18 GMT). Vendredi, il avait reculé de 1,39%, et sur l'ensemble de la semaine perdu 1,20%.

"Les marchés boursiers affichent de solides gains alors que les rendements obligataires redescendent", souligne David Madden, un analyste de CMC Markets UK.

A l'origine de repositionnements importants sur les marchés actions la semaine dernière, la forte hausse des taux d'emprunt sur le marché obligataire, reflet d'anticipations d'inflation en hausse, semblait en effet se calmer ce lundi.

Ainsi le taux d'emprunt américain à dix ans, après être monté jusqu'à plus de 1,50% jeudi, évoluait autour de 1,43%. Le taux français de même échéance, après être passé au-dessus de la barre de 0% jeudi pour la première fois depuis neuf mois, baissait à -0,06%.

"Par ailleurs, les investisseurs sont rassurés par l'adoption par la Chambre des représentants du plan de relance de Joe Biden", avance Franklin Pichard, le directeur général de Kiplink Finance. "La puissance attendue du soutien budgétaire ces prochains trimestres reste toujours présent dans l'esprit des investisseurs (...), ce qui immanquablement suscite un regain d'appétit pour le risque" même si ce plan de soutien doit encore "obtenir le vote du Sénat" américain.

Autre facteur de soutien: l'accélération des campagnes de vaccination. Les Etats-Unis ont notamment autorisé samedi en urgence un nouveau vaccin unidose, celui de Johnson & Johnson.

Du côté des indicateurs, la croissance de l'activité manufacturière en France a atteint au mois de février son plus haut niveau depuis janvier 2018, a rapporté lundi le cabinet IHS Markit.

En Chine en revanche, l'activité manufacturière a connu en février son plus faible rythme de croissance en neuf mois.

Ce même indicateur est également attendu aux Etats-Unis (indice ISM) dans l'après-midi.

Le PDG de Danone sur la sellette

Le groupe agroalimentaire (+1,91% à 57,54 euros) tient lundi un conseil d'administration, poussé à se pencher sur sa gouvernance par une partie de ses actionnaires qui critiquent l'action du PDG Emmanuel Faber.

Le groupe a aussi a annoncé dimanche vouloir céder d'ici à la fin de l'année sa participation de près de 10% dans le géant chinois des produits laitiers Mengniu.

Kering profite d'une recommandation positive

Le groupe de luxe était tiré (+2,88% à 540,00 euros) par un relèvement de sa recommandation à "acheter" contre "conserver" auparavant par Jefferies.

GL Events résiste

Le spécialiste de l'événementiel prenait 4,46% à 11,24 euros malgré une perte nette de 75 millions d'euros en 2020, annoncée par son président Olivier Ginon dans une interview au quotidien Le Progrès, anticipant sur la publication des résultats du groupe prévue jeudi.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.