La Bourse de Paris conserve son entrain à mi-séance

La Bourse de Paris conserve son entrain à mi-séance
Siège d'Euronext, 12 mars 2020

AFP, publié le jeudi 29 avril 2021 à 12h56

La Bourse de Paris progressait toujours (+0,53%) jeudi à la mi-journée, dans un marché qui a été de nouveau assuré du soutien monétaire de la Fed la veille et qui saluait en outre de bonnes publications de résultats.

La Bourse de Paris progressait toujours (+0,53%) jeudi à la mi-journée, dans un marché qui a été de nouveau assuré du soutien monétaire de la Fed la veille et qui saluait en outre de bonnes publications de résultats.

Vers 12H32 (10H32 GMT), l'indice CAC 40 gagnait 33,31 points à 6.340,29 points, au plus haut depuis le 8 novembre 2000. La veille, il avait fini en hausse de 0,53%.

Ce jeudi "les marchés européens poursuivent leur rebond. Les investisseurs sont rassurés par la Fed, qui a laissé ses taux inchangés" et par les propos de son président Jerome Powell, qui a assuré "que le tour de vis monétaire n'était pas encore d'actualité", souligne Franklin Pichard, le directeur général de Kiplink Finance.

Par ailleurs, "les contrats futurs sur les indices américains sont bien orientés au lendemain d'un léger repli à Wall Street", avant la publication du PIB américain du premier trimestre "qui confirmera que l'économie américaine est proche de ses niveaux d'avant-crise", complète-t-il. 

A l'issue d'une réunion de deux jours, le Comité monétaire (FOMC) de la banque centrale américaine a laissé ses taux d'intérêt directeurs proches de zéro inchangés et indiqué qu'elle allait poursuivre ses achats d'actifs, sans donner d'indices sur le moment où elle pourrait commencer à les réduire.

Le président américain Joe Biden a de son côté dressé mercredi face au Congrès le tableau d'une Amérique de nouveau debout après une série de redoutables crises, et affiché sa volonté réformatrice, appelant les plus riches à "payer leur juste part". 

Après Apple et Facebook mercredi soir, qui ont tous deux dépassé les attentes, les publications de résultats se sont poursuivies jeudi matin en Europe, dont celles de plusieurs poids lourds du CAC 40 qui contribuaient à tirer la cote.

STMicroelectronics reprend le dessus

Après un démarrage dans le rouge, le fabricant franco-italien de composants électroniques se hissait en tête de l'indice phare parisien (+3,26% à 33,06 euros), fort d'une performance légèrement meilleure que ses prévisions au premier trimestre, porté par l'accélération de la demande mondiale de semi-conducteurs.

Capgemini renoue avec la croissance

Le géant français des services informatiques montait de 2,40% à 155,45 euros après avoir retrouvé au premier trimestre la croissance que la pandémie avait stoppée, avec un chiffre d'affaires de 4,27 milliards d'euros (+1,7% à taux de change et périmètre constants).

Airbus prend de la hauteur

L'avionneur européen gagnait 2,26% à 101,54 euros après avoir publié un bénéfice net de 362 millions d'euros au premier trimestre, contre une perte nette de 481 millions un an plus tôt, même s'il estime que "le marché demeure incertain" face à la crise sanitaire.

Total dopé par la remontée des cours

Le géant pétrolier profitait (+1,59% à 38,04 euros) d'un bénéfice net qui a bondi à 3,3 milliards de dollars au premier trimestre, dopé par la remontée des cours des hydrocarbures.

Lagardère en queue du SBF 120

Le groupe s'enfonçait de 3,04% à 22,96 euros au lendemain d'un conseil de surveillance qui a acté un projet de transformation en société anonyme avec l'aval des principaux actionnaires, mettant fin à un long bras de fer sur la gouvernance de l'entreprise.

TF1 ragaillardi

TFI bondissait de 5,24% à 8,54 euros, porté par un bénéfice net en hausse de 42,9% à 34,3 millions d'euros au premier trimestre 2021, tiré notamment par les performances de ses activités studios et divertissements.

L'automobile souffre

A l'instar de l'ensemble du secteur automobile, Valeo reculait (-2,72% à 27,56 euros), sans profiter d'un chiffre d'affaires en hausse de 8% au premier trimestre qui lui permet de s'approcher de sa performance de début 2019, avant la crise du Covid-19. 

Faurecia perdait 2,49% à 46,06 euros, Renault 2,71% à 34,16 euros, Plastic Omnium 1,56% à 29,06 euros et Stellantis 1,78% à 14,15 euros.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.