La Bourse de Paris creuse ses pertes en attendant la Fed (-1,10%)

La Bourse de Paris creuse ses pertes en attendant la Fed (-1,10%)
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le mercredi 19 mai 2021 à 12h52

La Bourse de Paris peinait (-1,10%) à savourer les débuts de liberté retrouvée en France mercredi à la mi-journée, attendant fébrilement des éclaircissements sur la position de la Réserve fédérale américaine (Fed) concernant l'inflation.

La Bourse de Paris peinait (-1,10%) à savourer les débuts de liberté retrouvée en France mercredi à la mi-journée, attendant fébrilement des éclaircissements sur la position de la Réserve fédérale américaine (Fed) concernant l'inflation.

A 12H35, l'indice CAC 40 continuait à perdre du terrain, reculant de 69,69 points à 6.283,98 points, après deux séances consécutives de baisse dans un environnement de marché focalisé sur l'évolution des prix et la déstabilisation des cryptomonnaies.

"A quelques heures de la publication du compte-rendu de la réunion d'avril de la Fed, le spectre d'une accélération de l'inflation obligeant la Fed à intervenir continue de préoccuper les investisseurs", indique Franklin Pichard, directeur de Kiplink Finance.

"Dans ce contexte empreint de doutes, les opérateurs semblent reléguer au second plan la deuxième étape du déconfinement en France", où la vie reprend aussi dans les cinémas, théâtres, musées et en extérieur dans les cafés et restaurants, poursuit-il.

Ainsi, le compte-rendu de la dernière réunion monétaire de la Fed sera au centre de l'attention à 20H, alors que les prises de parole de certains membres de la banque centrale américaine semblent être moins catégoriques ces derniers jours sur le côté parfaitement transitoire de l'inflation.

Les investisseurs redoutent à court terme de voir la Fed réajuster son soutien monétaire sur lequel les indices boursiers se sont appuyés pour monter depuis près d'un an.

Pour l'heure, les opérateurs de marché anticipent plutôt un ralentissement d'achats d'actifs pour fin 2021-début 2022.

Ces inquiétudes sont renforcées par une accélération de la hausse des prix (+1,5% en avril sur un an) au Royaume-Uni, soit un plus haut depuis mars 2020.

JCDecaux s'affiche en hausse

Le titre grimpait de 3,97% à 24,08 euros, conforté par le rebond de l'activité que le groupe prévoit au deuxième trimestre. Les restrictions liées à la pandémie de Covid-19 ont continué de peser sur l'activité au premier trimestre, le chiffre d'affaires du géant français de l'affichage publicitaire s'affichant en baisse de 37,2%, à 454 millions d'euros, un chiffre toutefois supérieur aux prévisions. 

Total fléchit avec les prix du brut

Le titre du poids lourd de la cote souffrait (-2,12% à 38,86 euros) de la retombée des prix du pétrole, entraînant dans la foulée Vallourec (-4,88% à 29,24 euros) et CGG (-3,24% à 0,87 euro).

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.