La Bourse de Paris de nouveau dans le rouge

La Bourse de Paris de nouveau dans le rouge
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le jeudi 04 mars 2021 à 09h43

La Bourse de Paris cédait 0,28% jeudi matin, effaçant ses gains de la veille, affectée par la nouvelle débâcle des valeurs technologiques à Wall Street alors que la remontée des taux d'emprunt continue d'agiter le marché, avant une intervention du président de la Fed.

La Bourse de Paris cédait 0,28% jeudi matin, effaçant ses gains de la veille, affectée par la nouvelle débâcle des valeurs technologiques à Wall Street alors que la remontée des taux d'emprunt continue d'agiter le marché, avant une intervention du président de la Fed.

Vers 09H20, l'indice vedette parisien CAC 40 cédait 16,33 points à 5.813,73 points, au lendemain d'une hausse de 0,35%. De son côté, la Bourse de New York a clôturé en baisse mercredi à l'issue d'une séance en dents de scie, avec un nouveau plongeon du Nasdaq. 

"Les mouvements sur les taux obligataires vont continuer d'être le moteur principal d'évolution des marchés actions dans les séances et les semaines à venir, poussant en arrière-plan les statistiques économiques", estime Christopher Dembik, directeur associé chez Berenberg. 

"Ce qui va compter, c'est ce qui va se passer sur le taux à 10 ans américain et aussi sur les taux des pays périphériques de la zone euro", complète-t-il.

Mercredi, la plupart des pays de la zone euro ont vu leurs taux monter d'entre 5 et 9 points de base. Le taux d'intérêt américain à dix ans s'est quant à lui à nouveau rapproché de la barre symbolique de 1,50%. Ce jeudi, les rendements obligataires refluaient légèrement des deux côtés de l'Atlantique.

"Le président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Jerome Powell arrêtera probablement l'hémorragie (haussière sur les taux) lors d'un discours" prévu ce jeudi, relève pour sa part Ipek Ozkardeskaya, analyste chez SwissQuote.

"Mais tant que la baisse de Wall Street ne s'emballe pas, les marchés européens devraient faire preuve de résistance, étant moins concernés par les excès de valorisation" de certaines valeurs américaines, tempère toutefois Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

Glissement pour Eramet

La famille Duval, premier actionnaire du groupe métallurgique et minier (-3,01% à 61,80 euros), a demandé le départ de la PDG Christel Bories à l'Etat, mais celui-ci la défend, a appris l'AFP mercredi de sources proches du dossier.

Nouvelle impulsion pour Maisons du Monde

Maisons du Monde gagnait 4,81% à 16,77 euros. Le fils du patron de Casino Jean-Charles Naouri, Gabriel, et Daniel Kretinsky, milliardaire tchèque notamment actionnaire du Monde, ont doublé leur participation au capital de l'enseigne de distribution, et entendent "soutenir la stratégie de transformation et de croissance" du groupe.

Vivendi paye sa dette

Le géant des médias reculait de 2,29% à 28,58 euros après avoir annoncé mercredi qu'il comptait rembourser quasi intégralement une dette nette de près de 5 milliards d'euros à l'issue de la distribution à ses actionnaires de 60% du capital de sa filiale Universal Music Group (UMG), qu'il entend introduire en Bourse d'ici à la fin de l'année.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.