La Bourse de Paris en en forte baisse plombée par les craintes liées à l'inflation

La Bourse de Paris en en forte baisse plombée par les craintes liées à l'inflation
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le jeudi 13 mai 2021 à 09h59

La Bourse de Paris repassait jeudi matin sous les 6.200 points après l'accélération plus forte qu'escompté de l'inflation aux Etats-Unis, susceptible de pousser la Réserve fédérale (Fed) à resserrer sa politique monétaire.

La Bourse de Paris repassait jeudi matin sous les 6.200 points après l'accélération plus forte qu'escompté de l'inflation aux Etats-Unis, susceptible de pousser la Réserve fédérale (Fed) à resserrer sa politique monétaire.

A 09H42, l'indice CAC 40 perdait 91,20 points (-1,45%), à 6.188,15 points au lendemain d'une clôture en petite hausse de 0,19%.

Un emballement de l'inflation pourrait pousser la banque centrale américaine à revoir sa politique monétaire actuellement très accommodante, et à décider de limiter son soutien à l'économie en réduisant ses achats d'actifs, voire en augmentant son taux directeur. 

Cela porterait un coup aux marchés actions qui montent depuis plus de six mois, essentiellement parce qu'ils sont soutenus par les liquidités des banques centrales.

Mais le vice-président de la Fed, Richard Clarida, qui s'est dit "surpris" de l'ampleur de la hausse des prix, s'attend toutefois à ce que l'inflation se stabilise, dès 2022, autour de l'objectif de 2% à long terme que vise la Fed.

Aucune statistique économique n'est prévue en ce jour férié de l'Ascension en Europe mais les investisseurs prendront connaissance en début d'après-midi des prix à la production (PPI) pour avril et des inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage aux Etats-Unis.

Total désenfle avec les prix du brut

Le titre du poids lourd de la cote dévissait de 2,99% à 38,13 euros, effaçant ses gains de la veille.

OL Groupe maintient ses ambitions

Le titre cédait 1,72% à 2,28 euros. La holding cotée coiffant l'Olympique lyonnais ne voit pas d'amélioration de ses recettes pour les trois mois restants de l'exercice, mais a maintenu ses objectifs financiers de moyen terme.

URW sans dividende

Le titre perdait 2,05% à 67,52 euros au lendemain de l'approbation par les actionnaires du géant des centres commerciaux de la décision du groupe de ne pas verser de dividendes au titre de l'exercice 2020, bouleversé par la pandémie de Covid-19, ni pour les deux prochaines années.

CNP Assurances ne convainc pas

Le titre reculait de 2,88% à 15,15 euros. La filiale de La Banque Postale a fait état mercredi d'un bénéfice net en hausse au premier trimestre, soutenu notamment par ses activités d'épargne et de retraite.

Nouvelle dégringolade aérienne

Air France (-1,85% à 4,45 euros) et Airbus (-2,13% à 94,50 euros) ont poursuivi leur descente de la veille après avoir finalement été renvoyés devant le tribunal correctionnel pour "homicides involontaires" douze ans après le crash du Rio-Paris, un revirement de la justice qui a provoqué une vive émotion des représentants des familles des 228 victimes.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.