La Bourse de Paris en hausse de 0,61% à la mi-journée

La Bourse de Paris en hausse de 0,61% à la mi-journée
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le mardi 30 mars 2021 à 13h07

La Bourse de Paris restait bien orientée (+0,61%) mardi à mi-séance, bénéficiant toujours des espoirs de voir l'économie américaine se redresser rapidement grâce à la montée en puissance de la vaccination et à des investissements massifs dans les infrastructures.

La Bourse de Paris restait bien orientée (+0,61%) mardi à mi-séance, bénéficiant toujours des espoirs de voir l'économie américaine se redresser rapidement grâce à la montée en puissance de la vaccination et à des investissements massifs dans les infrastructures.

A 12H45 (10H45 GMT), l'indice vedette CAC 40 prenait 36,82 points à 6.052,33 points, après être monté jusqu'à 6.073,75 points, un nouveau plus haut depuis fin février 2020. La veille, il avait terminé en hausse de 0,45% après avoir de nouveau franchi le seuil des 6.000 points.

Wall Street pointait de son côté vers une ouverture mitigée.

"La perspective d'une amélioration de l'économie mondiale grâce aux vaccins continue d'être un facteur de soutien aux actions", note Franklin Pichard, le directeur général de Kiplink Finance.

"L'important serait de tenir le seuil des 6.000 points à la Bourse de Paris pour cet avant-dernier jour du premier trimestre", complète-t-il.

Le président américain Joe Biden a annoncé lundi une accélération de la campagne de vaccination aux Etats-Unis, promettant que 90% des adultes américains seraient éligibles au vaccin d'ici le 19 avril.

Dans le même temps, la situation continue de se dégrader en France, où le pic du nombre de malades en réanimation de la deuxième vague de Covid-19 a été franchi lundi.

Le tri des malades dans les hôpitaux a toutefois été qualifié de "ligne rouge absolue" mardi par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, qui a assuré que le gouvernement voulait éviter une telle extrémité.

"Il faudra également surveiller le marché obligataire", prévient encore M. Pichard, alors que le rendement du bon du Trésor américain à dix ans montait fortement ce mardi, à 1,77% -nouveau plus haut depuis fin janvier 2020- contre 1,71% la veille. 

Une tension des rendements qui s'expliquait notamment par des anticipations d'inflation en hausse sur fond de vaste relance budgétaire américaine, dont un nouveau volet va être lancé cette semaine par le président Joe Biden sous la forme de vastes investissements dans les infrastructures.

Du côté des indicateurs, le moral des ménages français a légèrement rebondi en mars, après deux mois de baisse, illustrant notamment une perception plus positive sur leur situation financière future, selon l'Insee.

Les prix à la consommation allemands ainsi que la confiance des consommateurs (Conference Board) aux Etats-Unis pour mars sont encore attendus. 

Lagardère monte

Le titre Lagardère gagnait 4,47% à 22,88 euros après l'éviction lundi du PDG du premier éditeur français Hachette Livre Arnaud Nourry en raison de son désaccord avec son actionnaire Arnaud Lagardère, alors que M. Nourry s'opposait publiquement à une vente à l'empire de Vincent Bolloré (+0,64% à 4,09 euros).

Les bancaires tirent le CAC 40

Les titres du secteur bancaire rebondissaient, sur fond de remontée des taux d'emprunt, après avoir souffert la veille dans la foulée de la vente massive d'actions par le fonds d'investissement américain Archegos Capital Management: Société Générale gagnait 2,44% à 22,24 euros, BNP Paribas prenait 2,25% à 51,81 euros et Crédit Agricole s'appréciait de 1,85% à 12,38 euros.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.