La Bourse de Paris finit sur un net rebond de 1,49% à 5.081,51 points

La Bourse de Paris finit sur un net rebond de 1,49% à 5.081,51 points
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le lundi 06 juillet 2020 à 18h05

La Bourse de Paris a affiché un net rebond en clôture lundi (+1,49%), les investisseurs anticipant coûte que coûte une reprise rapide de l'économie, jusqu'à ignorer la hausse préoccupante des cas d'infection au coronavirus aux Etats-Unis.

L'indice CAC 40 a gagné 74,37 points à 5.081,51 points. Vendredi, il avait reculé de 0,84%.

"On n'est pas dans une méga-appréciation du marché" étant donné qu'il y a un "effet rattrapage" après la baisse de 0,84% vendredi, nuance Mikaël Jacoby, responsable du courtage Europe continentale chez Oddo Securities, interrogé par l'AFP.

"Des micro-annonces à gauche à droite concernant la réinjection de liquidités aux Etats-Unis pour soutenir la croissance", alimentent un "faux optimisme de liquidités" qui supplante "le désastre sur le plan du covid-19 aux Etats-Unis", explique-t-il.

Le marché a été également porté par les anticipations d'une accélération de la reprise économique après la confirmation du renforcement de la croissance de l'activité du secteur privé en Chine, ainsi que par la bonne tenue des marchés américains qui ont fait leur retour après un week-end prolongé.

Aux Etats-Unis, l'activité dans les services a renoué avec la croissance en juin, après deux mois de contraction sous l'effet de la pandémie de covid-19 alors que les analystes tablaient sur un troisième mois de contraction de l'indice ISM.

"Les nouvelles économiques concernant la plupart des grandes zones monétaires continuent de surprendre à la hausse", écrit Augustin Doittau, analyste financier chez Ebury France.

"Cet optimisme est contrebalancé par les sinistres nouvelles de contagion en provenance des Etats-Unis, où le nombre de nouveaux cas continue d'augmenter chaque jour", "mais heureusement les décès dus au virus n'augmentent pas massivement pour l'instant", souligne le spécialiste.

La première économie mondiale enregistre depuis plus d'une semaine des nombres d'infections record (près de 40.000 en 24 heures durant le week-end). La tendance demeure également inquiétante en Inde et en Amérique latine.

L'"insensibilité" des marchés aux statistiques d'évolution de la pandémie peuvent également s'expliquer par "l'espoir de découverte rapide d'un vaccin" et une "meilleure connaissance de la maladie et procédures curatives (notamment avec le médicament du laboratoire Gilead, le Remdesivir)", analyse le courtier Aurel BGC.

La saison des résultats d'entreprises démarrera mardi avec Sodexo, avant l'ouverture de la bourse. 

Côté valeurs, le secteur automobile est reparti à la hausse : Renault (+4,40% à 23,28 euros) et Peugeot (+2,87% à 14,70 euros).

L'arbitrage s'est effectué également en faveur des banques : BNP Paribas (+3,05% à 37,39 euros), Société Générale (+3,96% à 15,87euros) et Crédit Agricole (+2,80% à 8,96 euros).

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.