La Bourse de Paris glisse de nouveau et perd 0,92%

La Bourse de Paris glisse de nouveau et perd 0,92%
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le mardi 08 décembre 2020 à 13h29

La Bourse de Paris évoluait en baisse de 0,92% à mi-séance, interrogative sur la suite des négociations post-Brexit et deux jours avant une réunion de la Banque centrale européenne. 

L'indice CAC 40 perdait 51,24 points à 5.522,14 points vers 13H15. La veille, il avait perdu 0,64%. 

Après s'être maintenue autour de l'équilibre lors de la première heure de la séance, la cote parisienne a fini par décrocher, à l'instar des autres places européennes comme Londres (-0,54%) et Francfort (-0,47%). 

Les contrats à terme des marchés américains reculaient également: celui du Dow Jones reculait de 0,52%, l'indice élargi S&P 500 de 0,58% et le Nasdaq de 0,48%. 

"L'incertitude qui entoure les futures relations entre le Royaume-Uni et l'UE pèse" sur l'humeur des investisseurs, indique David Madden, analyste de CMC Markets. Ils "sont passés de prudemment optimistes vendredi à l'appréhension" depuis le début de semaine concernant un accord.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a estimé mardi que les positions entre Londres et l'Union européenne étaient encore très éloignées, avant un déplacement à Bruxelles cette semaine pour tenter de débloquer des négociations post-Brexit dans l'impasse.

Les discussions peuvent se poursuivre jusqu'à la fin de semaine, avant la tenue d'un sommet européen consacré notamment aux relations post-Brexit. Une autre partie de la réunion sera consacrée au plan de relance de 750 milliards d'euros de l'Union européenne, menacé par les vetos hongrois et polonais.

Les marchés attendent également la réunion de la Banque centrale européenne jeudi. Elle doit annoncer des nouvelles mesures pour faire face au ralentissement économique causé par les nouveaux confinements de novembre. 

Sa réaction face à la montée de l'euro, actuellement à 1,21 dollar, sera également attendue. 

"Même si la BCE ne cible pas de taux de change, ce qu'elle répète régulièrement, plusieurs voix se sont fait entendre lorsque l'euro est venu chercher les 1,20 dollar en septembre, indiquant que le taux de change +comptait+ dans les choix de politique monétaire", rappellent les analystes d'IG France. 

Jusqu'à présent en Europe, "la banque centrale a fait cinq fois plus qu'en 2008", estime Serge Pizem, responsable du Multi-Asset chez Axa IM. 

Enfin, si au Royaume-Uni la campagne de vaccination contre le Covid-19 a commencé, la situation de l'épidémie reste difficile en Europe, où la France et l'Allemagne pourraient retarder les étapes de déconfinement. 

La technologie résiste mieux

Comme lundi, les valeurs technologiques étaient positionnées en haut du CAC 40. Téléperformance gagnait 0,84% à 274,60 euros, et Dassault Systèmes 0,52% à 154,75 euros. 

Les Banques en repli

A l'inverse, le bas de l'indice parisien était occupé par des valeurs cycliques, dépendent de l'activité économique. Avant la réunion de la Banque centrale européenne, Crédit Agricole reculait de 3,03% à 10,41 euros et Société Générale de 1,80% à 17,48 euros.

A Francfort, Deutsche Bank perdait 1,26% à 9,45 euros.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.