La Bourse de Paris grisée par des dénouements positifs (+1,13%)

La Bourse de Paris grisée par des dénouements positifs (+1,13%)
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le lundi 28 décembre 2020 à 13h25

La Bourse de Paris et toutes ses conseurs européennes honorent lundi la fin du suspense sur le dossier du Brexit et sur le plan de relance budgétaire aux Etats-Unis, pour leur dernière semaine de l'année boursière.

A 12H50 (11H50 GMT), l'indice CAC 40 accentuait ses gains (+1,13%), soit 62,45 points à 5.584,46 points. Francfort gagnait 1,56%, franchissant un nouveau record historique, et Milan prenait 0,87%. Le marché de Londres est fermé en raison d'un jour férié.

A Wall Street, les contrats à terme des principaux indices étaient en hausse avant l'ouverture: de 0,72% sur le S&P 500 et de 0,65% sur l'indice Nasdaq à forte coloration technologique.

"Les investisseurs saluent l'accord obtenu sur le Brexit après la clôture des Bourses européennes, jeudi", mais aussi la signature par Donald Trump  dimanche soir d'un plan de relance qui avait été adopté il y a une semaine par le Congrès, observe Franklin Pichard, directeur de Kiplink Finance.

Cédant aux critiques, le président sortant américain s'est finalement résolu à signer le plan d'aides à l'économie fragilisée par le Covid-19 qui comprend des allocations de chômage supplémentaires et un soutien aux petites entreprises.

Le locataire de la Maison-Blanche a également signé dans la foulée la proposition de loi de financement de l'Etat fédéral, ce qui permet d'éviter la fermeture mardi des services publics.

Associés au début de l'inoculation du vaccin en Europe, ce sont "autant d'éléments de nature à entretenir l'appétit pour le risque et d'envisager 2021 plus sereinement", souligne M. Pichard.

Ce triple soulagement arrive à point nommé alors que de nouvelles restrictions à l'activité et aux déplacements dues à la flambée des infections de Covid-19 ont été prises ces derniers jours par plusieurs pays.

En Europe comme aux Etats-Unis, les autorités redoutent une troisième vague épidémique après les fêtes de fin d'année et les marchés restent attentifs à l'évolution sanitaire et au déploiement des vaccins.

Les livraisons de vaccins contre le Covid-19 à huit pays européens, dont l'Espagne, subiront un léger retard en raison d'un problème logistique à l'usine Pfizer en Belgique, a prévenu lundi le ministère espagnol de la Santé, au lendemain du lancement de la campagne de vaccination dans l'UE.

Le groupe pharmaceutique britannique AstraZeneca a affirmé dimanche être parvenu à une "protection de 100%" contre les formes sévères du Covid-19 avec son vaccin mis au point avec l'université d'Oxford, très attendu car peu coûteux et ne requérant pas une température aussi basse que celui de Pfizer/BioNTech.

KERING EN HAUT DE L'AFFICHE - L'action du groupe de luxe dominait le CAC 40 en s'arrogeant 3,09% à 569,80 euros. Dans son sillage, Hermès gagnait 1,60% à 865 euros et LVMH 1,34% à 503,10 euros.

VENT EN POUPE POUR L'AERIEN - Air France avançait de 2,73% à 5 euros et Aéroports de Paris (ADP) de 2,77% à 103,90 euros. A Francfort, Lufthansa s'envolait de 7,1% à 10,56 euros, après être parvenu à réduire ses coûts plus vite que prévu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.