La Bourse de Paris hésitante avant une prise de parole d'Emmanuel Macron

La Bourse de Paris hésitante avant une prise de parole d'Emmanuel Macron
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le mercredi 31 mars 2021 à 10h08

La Bourse de Paris hésitait (-0,06%) peu après l'ouverture mercredi, surveillant l'évolution des taux sur les dettes souveraines et la situation épidémique, à quelques heures d'une allocution du président Emmanuel Macron prévue à 20H00.

La Bourse de Paris hésitait (-0,06%) peu après l'ouverture mercredi, surveillant l'évolution des taux sur les dettes souveraines et la situation épidémique, à quelques heures d'une allocution du président Emmanuel Macron prévue à 20H00.

L'indice vedette parisien CAC 40 perdait 3,82 points à 6.084,22 points vers 09H30, alternant entre passages dans le rouge ou le vert au lendemain d'une forte progression de 1,21%.

Wall Street avait clôturé mardi en baisse, lestée par la hausse du taux à dix ans, qui évolue depuis des semaines près de ses plus hauts niveaux depuis début 2020, et par la progression du dollar.

Les rendements européens à dix ans accusent une légère tension dans la matinée, le taux français cotant -0,037%.

Les indices boursiers à travers l'Europe évoluent de leur côté en ordre dispersé peu après l'ouverture, affectés par le fait que "la plupart des pays d'Europe continentale sont étranglés par la nouvelle vague du Covid-19 liée aux variants plus contagieux", commente Christopher Dembik, directeur associé chez Berenberg.

Principale arme contre le virus, la vaccination peine à y décoller pendant que plus de 565 millions de doses ont été administrées dans le monde, selon un comptage réalisé par l'AFP à partir de sources officielles mardi à 11H00 GMT.

Plus spécifiquement, "la France est en train de perdre la course entre les vaccinations et le variant britannique", souligne Christopher Dembik, ajoutant que "des restrictions accrues sont probables".

Le président français Emmanuel Macron s'adressera justement aux Français dans une allocution à 20 heures mercredi qui suivra un conseil de défense mercredi matin.

Voltalia se retire de Birmanie

Le producteur français d'énergies renouvelables (-2,80 % à 22,60 euros) va "mettre fin à ses activités" en Birmanie, où la répression de la contestation par la junte militaire au pouvoir a fait plus de 520 morts depuis le premier février, selon un communiqué publié mercredi.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.