La Bourse de Paris nerveuse chute de plus de 1%

La Bourse de Paris nerveuse chute de plus de 1%
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le jeudi 17 septembre 2020 à 09h51

La Bourse de Paris chutait de 1,13% quelques minutes après l'ouverture jeudi, broyant du noir, au même titre que les principales places européennes, au lendemain d'une réunion de la Banque centrale américaine (Fed).

Vers 09H15, l'indice parisien chutait de 59,39 points à 5.017,03 points. 

La veille déjà, le CAC 40 avait montré une certaine fébrilité, reculant durant une bonne partie de la séance avant de finir tout juste à flots à la clôture (+0,13%).

"Pas facile d'ajuster la communication pour prévenir tous les risques de marchés", réagit Véronique Riches-Flores, économiste et présidente de Riches Flores Research, en référence au "jeu d'équilibriste" du patron la Fed jeudi.

L'économie américaine devrait s'en sortir un peu mieux que prévu en 2020, mais le retour à la situation florissante du début de l'année est encore loin, a anticipé Jerome Powell, à l'occasion de la dernière réunion avant la présidentielle américaine. La récession américaine devrait donc être moins brutale cette année mais le rebond moins fort qu'anticipé l'an prochain.

De ce fait, les taux devraient rester au moins jusqu'en 2023 dans une fourchette entre 0 et 0,25%, au niveau plancher où l'institution les avait mis en urgence en mars lorsque le virus faisait des ravages.

Michael Hewson, analyste marchés en chef pour CMC Markets UK, confie de son côté que le discours de M. Powell ne veut "évidemment pas dire que cette nouvelle politique sera davantage couronnée de succès que la précédente et la réaction du marché reflète plus ou moins cela".

La déprime était palpable à travers l'Europe jeudi: le Dax allemand perdait 1,32% et le FTSE 100 à Londres 0,92% au lendemain d'une clôture indécise à Wall Street sur fond de nouvelle chute des valeurs techs.

La Banque centrale européenne a annoncé de son côté jeudi un nouvel assouplissement des exigences de fonds propres des grandes banques, ce qui tempérait un peu la chute des indices boursiers.

Du côté des valeurs, le groupe Renault (avec Dacia, Lada et Alpine) a subi un recul de 24,7% de ses immatriculations en août 2020 par rapport à août 2019, a annoncé l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA). Le titre chutait de 2,24% à 23,10 euros. PSA (Peugeot, Citroën, Opel/Vauxhall, DS) a enregistré une baisse de 20,8%, son titre perdait 1,56% à 16,13 euros.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.