La Bourse de Paris ouvre en baisse de 0,35%

La Bourse de Paris ouvre en baisse de 0,35%
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le jeudi 13 août 2020 à 10h24

La Bourse de Paris évoluait autour de l'équilibre jeudi, perdant 0,07% en début de séance, dans l'attente des chiffres de l'emploi américain, soufflant un peu après quatre jours de hausse qui lui ont permis de gagner plus de 200 points.

A 9H55, l'indice CAC 40 s'effritait de 3,78 points à 5.069,53 points. La veille, il avait gagné 0,90%.

En plein coeur du mois d'août, période creuse en terme d'échanges, les marchés attendent la publication des inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis, même si "cette statistique n'a plus l'impact qu'elle avait il y a encore quelques semaines", selon M. Le Liboux. 

L'emploi aux Etats-Unis, qui a été particulièrement mis à mal par les conséquences de la pandémie, a servi de thermomètre pour estimer la rapidité de la reprise après les déconfinements à la fin du printemps. 

Ces nouveaux chômeurs devraient bénéficier d'une aide de moindre ampleur de la part du gouvernement fédéral. L'aide aux personnes ayant perdu leurs revenus est passée de 600 dollars par semaine dans le précédent plan de soutien d'avril, à 400 dollars selon un des quatre décrets signés samedi par Donald Trump. Ces décrets, promulgués en l'absence d'accord au Congrès, risquent toutefois d'être contestés en justice.  

La débat autour du montant de cette aide spéciale est l'une des principales raisons du blocage entre les démocrates, qui souhaitent maintenir l'aide à 600 dollars et les républicains, qui veulent la baisser, pour s'accorder sur un plan de relance massif de l'économie. 

Les marchés attendent toujours cet ensemble de mesures, mais les négociations sont désormais au point mort.

"Je pense qu'on peut en rester là, puisqu'on entre dans ce que je crois être une reprise économique durable", a assuré mercredi un des conseillers du président américain, Larry Kudlow. Aucune négociation officielle entre démocrates du Congrès et la Maison Blanche ne s'est tenue depuis vendredi. 

Les Etats-Unis continuent de souffrir de la pandémie, même si le nombre de nouvelles contaminations semble avoir atteint un plateau dans les derniers jours, tout en restant à un niveau élevé. 

La constatation de ce plateau a participé au mouvement haussier des derniers jours, de même que "l'optimisme concernant les vaccins" contre le virus, selon Michael Hewson, analyste de CMC Markets. 

Du côté des indicateurs déjà publiés jeudi, en France, le taux de chômage a encore reculé pour s'établir à 7,1% au second trimestre selon l'INSEE. L'institut attribue toutefois la baisse "en trompe l'oeil" de 0,7 point au confinement qui a empêché beaucoup de personnes sans emploi d'en chercher un. 

Les valeurs du luxe, qui représentent un gros poids dans l'indice CAC 40, le poussaient vers le haut à commencer par Kering, qui gagnait 0,79% à 507,70 euros, mais aussi de LVMH qui progressait de 0,42% à 392,85 euros. Hermès avançait de 0,40% à 707,40 euros. 

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.