La Bourse de Paris ouvre en retrait de 0,12% à 6.048,31 points

La Bourse de Paris ouvre en retrait de 0,12% à 6.048,31 points
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le mercredi 17 mars 2021 à 09h47

La Bourse de Paris évoluait sans direction (-0,14%) mercredi matin, optant pour la prudence dans l'attente du verdict de la Réserve fédérale américaine (Fed), très attendu dans le contexte de récente hausse des rendements obligataires.

La Bourse de Paris évoluait sans direction (-0,14%) mercredi matin, optant pour la prudence dans l'attente du verdict de la Réserve fédérale américaine (Fed), très attendu dans le contexte de récente hausse des rendements obligataires.

A 09H20, l'indice vedette CAC 40 cédait 8,32 points à 6.047,11 points, au lendemain d'une progression de 0,32%.

"Toute l'attention du marché" va "se porter sur la réunion de la Fed ce jour", prévient Christopher Dembik, directeur associé chez Berenberg.

"La Banque centrale américaine devrait maintenir ses rachats d'actifs et son taux directeur aux niveaux actuels. En revanche, ses prévisions économiques pourraient être revues en hausse pour tenir compte de l'impact du plan budgétaire de l'administration Biden et de la hausse du prix du baril de pétrole", ajoute-t-il. 

Le président de l'institution Jerome Powell a clairement signifié qu'un resserrement monétaire était prématuré, estimant qu'il était peu probable que l'inflation suive une courbe ascendante hors de contrôle.

"La Fed, comme une grande partie du marché, ne croit pas à une accélération persistante de l'inflation. Certes, dans ses projections, elle devrait montrer des révisions à la hausse pour 2021, mais les perspectives de hausse des prix devraient rester inchangées à moyen terme", relève pour sa part Sebastian Paris Horvitz, stratégiste chez LBPAM. 

Provoquée ces dernières semaines par l'apparition de craintes d'une forte accélération des prix dans le sillage du plan de relance de Joe Biden et de la campagne vaccinale, la hausse des rendements américains s'est poursuivie mardi. 

Ce mercredi matin, le taux américain à dix ans évoluait à 1,63%, proche de ses plus hauts depuis février 2020.

Sur le front sanitaire, l'Agence européenne des médicaments (EMA) s'est dite mardi "fermement convaincue" des avantages du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19, dont l'utilisation est suspendue par plusieurs pays inquiets de possibles effets secondaires.

Du côté des indicateurs, la deuxième estimation des prix à la consommation pour février en zone euro est au menu, ainsi que les mises en chantier de logements neufs du mois dernier aux Etats-Unis.

En Allemagne, le comité d'économistes qui conseillent le gouvernement ("sages") présente en outre de nouvelles prévisions de croissance.

Neoen augmente son capital

Le spécialiste des énergies renouvelables (-4,24% à 41,10 euros), qui veut doubler sa capacité de production d'ici à 2025, va lever 600 millions d'euros via une augmentation de capital.

Trafic en berne pour ADP

Le gestionnaire des aéroports parisiens reculait de 0,45% à 109,70 euros alors que le trafic de ces derniers a encore faibli en février sous l'effet de la pandémie, avec une chute du nombre de passagers de 82,7% sur un an, a-t-il annoncé mardi.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.