La Bourse de Paris perd sa dynamique à mi-séance

La Bourse de Paris perd sa dynamique à mi-séance
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le jeudi 06 mai 2021 à 13h11

La Bourse de Paris était stable jeudi à la mi-journée (-0,04%), après la décision de politique monétaire de la Banque d'Angleterre et malgré de bons résultats d'entreprises publiés dans la matinée. 

La Bourse de Paris était stable jeudi à la mi-journée (-0,04%), après la décision de politique monétaire de la Banque d'Angleterre et malgré de bons résultats d'entreprises publiés dans la matinée. 

A 12H45, l'indice CAC 40 perdait 2,39 points, à 6.337,15 points. Mercredi, il avait fortement rebondit, de 1,40%.

"En dépit de la saison actuelle des résultats rassurants, l'attention des opérateurs reste focalisée sur les politiques monétaires et les dépenses de relance, car la perspective de la pression exercée par la hausse des prix reste vivante et ne peut que s'accentuer dans les semaines à venir, d'autant que de nombreuses économies commencent à voir au-delà de la pandémie", explique Pierre Veyret, analyste pour ActivTrades.

Les valeurs pharmaceutiques, stables pour l'instant en Europe, pourraient être sous pression dans la journée, après une déclaration de l'administration Biden qui s'est dit favorable à la levée des protections de propriété intellectuelle pour les vaccins contre le Covid-19, afin d'accélérer la production et la distribution des précieux sérums dans le monde.

Dans la matinée, Emmanuel Macron s'est dit "tout à fait favorable à ce que la propriété intellectuelle soit levée" sur les vaccins, l'Allemagne s'est dite "ouverte" à une "discussion" sur le sujet, tout comme l'UE qui s'est dite "prête à discuter" d'une levée des brevets.

Cette prise de position, décriée par la Fédération internationale de l'industrie pharmaceutique, arrive après une réunion du G7 à l'issue de laquelle les grandes puissances n'ont pas annoncé d'aide supplémentaire au partage des vaccins demandée par l'OMS.

Actualité principale du jour, la Banque d'Angleterre (BoE) a maintenu ses taux à l'issue de son comité de politique monétaire. 

Du côté des indicateurs, les investisseurs prendront connaissance des nouvelles demandes d'allocations-chômage aux Etats-Unis au cours de la semaine dernière, ainsi que de l'indice PMI des services en avril au Royaume-Uni.

Air France-KLM chute

Air France (-2,08% à 4,47 euros) a subi une nouvelle lourde perte de 1,5 milliard d'euros au premier trimestre, dans un "environnement toujours difficile" pour le secteur aérien.

Société Générale en tête du CAC 40

Le groupe bancaire a annoncé avoir dégagé un bénéfice net de 814 millions d'euros sur les trois premiers mois de l'année, après un premier trimestre 2020 dans le rouge. Le titre prenait 3,91% à 24,56 euros. 

EDF ne séduit pas

Le PDG d'EDF a plaidé pour le caractère intégré de l'entreprise dans le cadre d'une éventuelle réorganisation, estimant qu'il s'agissait d'une "ligne rouge", et a fait état de discussions "extrêmement difficiles" avec Bruxelles. Le titre perdait 3,35% à 11,68 euros.

SES bondit

L'opérateur de satellite bondissait de 8,41% à 6,60 euros après avoir publié un excédent brut d'exploitation au premier trimestre en baisse de 6,9% en données publiées, mais largement supérieur aux prévisions des analystes.

Arkema progresse

Le groupe de chimie de spécialités Arkema (+2,69% à 108,95 euros), qui a enregistré une hausse de 59% de son bénéfice net au premier trimestre 2021, a relevé "sensiblement" ses objectifs pour l'année.

Legrand monte

Le fabricant français de matériel électrique Legrand (+2,47% à 84,68 euros), fort de son bilan trimestriel, a annoncé jeudi qu'il relevait ses objectifs financiers pour 2021.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.